Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
VousDevriezVoirÇa

Secte et islam: quels sont les points communs?

14 Juin 2014 , Rédigé par Vousdevriezvoirça Publié dans #Dualité, #Définitions et fondamentaux

Il y a une chose qui frappe très rapidement lorsqu'on s'intéresse à l'islam, c'est la très grande exigence morale... applicable entre musulmans. Pour faire gagner l'islam, un système qui permettrait donc à tout un chacun de vivre dans la paix et l'amour avec la bénédiction de "Dieu", il faudrait parfois un peu... orienter les "ennemis de l'islam" parce qu'après tout, allah lui-même les trompe et les égare :

"Allah égare qui Il veut et guide qui Il veut"

Sourate 14, verset 4

Aussi, les musulmans ne sont pas obligés d'être loyal vis-à-vis d'un non-musulman puisqu'allah et son prophète Mahomet ne l'ont pas été non plus :

"Et il sera proclamé, d'ordre d"allah et de Son Prophète, à l'adresse des hommes, le jour du grand pèlerinage, qu'allah et Son Messager sont déliés de tout engagement vis-à-vis des polythéistes"

Sourate 9, verset 3

Nous reparlerons, bien entendu, des autres traitements de faveur réservés aux non-musulmans comme la "mudarat", une sorte de bienveillance hypocrite préconisée envers les non-musulmans. Ces brefs extraits illustrent qu'allah, par la voix de son prophète, a bien un programme pour ses fidèles, les musulmans, et un autre pour les infidèles donc : tous ceux qui ne sont pas musulmans. 

"Dieu" distinguerait donc les hommes sur cette base: un traitement pour les uns, un autre pour les autres ce qui peut être, de façon logique, assez mal perçu par ceux ne recevant pas le traitement de faveur - mais allah a tout prévu: tout rentrera dans l'ordre s'ils se "soumettent", : nous y reviendrons plus loin-. La morale musulmane n'est donc pas universelle puisqu'elle distingue les hommes sur la base de leur appartenance ou non à l'islam.

Dénigrer l'autre, les autres

Un deux poids/deux mesures qui n'est pas sans rappeler le fonctionnement des autres religions me direz-vous mais particulièrement celui des sectes, qui valorisent leurs fidèles et ostracisent, critiquent, diabolisent ceux de l'extérieur et notamment leurs détracteurs auprès leurs adeptes afin de les conforter dans l'idée que, oui oui, ils ont fait le bon choix en adhérant et en obéissant à tout ce que demande le gourous et les autres sont des abrutis qui n'ont rien compris (retenez bien la notion d'obéissance).

Et si l'un des associateurs te demande asile, accorde-le lui, afin qu'il entende la parole d'Allah, puis fais-le parvenir à son lieu de sécurité. Car ce sont des gens qui ne savent pas.

Sourate 9 verset 6

Notez la magnanimité : si un non-musulman fait mine de vouloir se rendre, il doit être pris en charge et tout de suite enveloppé par l'islam: "afin qu'il entende la parole d'allah". Tu te défends, t'as tort. Tu te rends, t'as perdu. 

Faciliter l'entrée en islam, en dissuader la sortie

Il est très facile d'entrer dans une secte : la secte vient à vous, elle vous séduit, vous fait entrevoir des horizons nouveaux, elle vous sort de votre torpeur, vous émerveille. Sortir d'une secte par contre expose l'individu récalcitrant à nombres de critiques, d'intimidations voire de menaces.

L'entrée en islam consiste a réciter 3 fois une phrase, la "chahada", la profession de foi musulmane ("Il n'y a de dieu que dieu et Mahomet est son prophète"). C'est tout. En sortir, c'est à dire faire acte d'apostasie, devenir apostat ("kouffar"), est puni de mort. L'affaire de la jeune soudanaise condamnée à mort l'a encore prouvé récemment. 

Au mieux, l'apostasie est vue comme un problème psychologique, l'apostat est rejeté de sa communauté, il devient un paria et il y a fort à parier que sa famille le reniera: quitter l'islam est très mal vu dans la population musulmane parce que tout a été fait, idéologiquement, pour dénigrer, rejeter et ostraciser celui qui se libère de l'islam, l'islam étant présenté comme source de morale. 

En somme, tout a été fait pour faciliter l'entrée en islam et dissuader les adeptes gagnés d'en partir. L'islam, si l'on ose cette comparaison, fait la danse des sept voiles pour gagner un nouvel adepte et se transforme en bourreau pour le retenir.

 

Bonus : définition du mot "secte"

Le mot secte a d'abord désigné soit un ensemble d'individus partageant une même doctrine philosophiquereligieuse, etc., soit un groupe plus ou moins important de fidèles qui se sont détachés de l'enseignement officiel d'une Église et qui ont créé leur propre doctrine. Une secte peut aussi désigner une branche d'une religion, une école particulière. En ce sens, ce mot n'a rien de péjoratif.

Cependant, ce terme a pris une dimension polémique, et désigne de nos jours un groupe ou une organisation, le plus souvent à connotation religieuse, dont les croyances ou le comportement sont jugés obscurs ou malveillants par le reste de la société. Généralement, les responsables de ces groupes sont accusés d'une part de brimer les libertés individuelles au sein du groupe ou de manipuler mentalement leurs disciples, afin de s'approprier leurs biens et de les maintenir sous contrôle, et d'autre part d'être une menace pour l'ordre social.

Cette connotation négative de « secte » est récusée par la plupart des groupes visés, ainsi que par certains juristes et sociologues. Pour dénoncer des activités éventuellement néfastes de certains groupes, l'expression dérive sectaire est devenue récemment la formule officielle de certaines structures gouvernementales comme la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) en France."

Partager cet article

Commenter cet article