Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
VousDevriezVoirÇa

L'islam, en droite lignée des doctrines juives et chrétiennes ou complètement différent?

23 Juin 2014 , Rédigé par Vousdevriezvoirça Publié dans #Définitions et fondamentaux, #Psychologie, #Philosophie

La rhétorique musulmane consiste à positionner l'islam comme seul et ultime héritier du monothéisme abrahamique. En d'autres termes, selon l'islam, juifs et chrétiens doivent finir par se convertir à l'islam puisque l'islam détiendrait la 3ème et dernière révélation du même Dieu, révélation que juifs et chrétiens mettraient donc un peu de temps à admettre. Mais quelle est la proximité idéologique entre  le Judaïsme et le Christiannisme d'une part et l'islam d'autre part? 

Est-ce que parce qu'on y parle des mêmes histoires, des mêmes personnages, des mêmes prophètes, ce sont les mêmes idées?

Car les débats sur la religion se focalisent souvent sur les aspects cultuels et jamais sur les fondements idéologiques, ceux qui ont façonné, siècles après siècles, l'occident et Israël. A éviter cette étude des fondements idéologiques des religions (trop fastidieux peut-être?), ces débats superficiels permettent souvent de rejeter d'un bloc "toutes les religions" qui seraient donc toutes obscurantistes et expansionnistes dans une certaine hypocrisie, faisant l'économie de tout effort intellectuel. Est-ce que c'est aussi simple que ça ou serait-il judicieux de creuser un peu? En quoi ces arguments ("l'islam, unique héritier du monothéisme" et "de toute façon, toutes les religions sont bonnes à jeter à la poubelle") nous empêchent-ils de trier et, au final, de porter un jugement intellectuellement honnête ? 

Idée juive et chrétienne: l'homme a son libre-arbitre

L'antisémitisme s'est souvent nourri de la jalousie à l'égard des réussites professionnelles et financières des juifs. Or, il est une opinion communement admise: les juifs sont "bosseurs". En dehors de tout aspect ésotérique ou religieux, le Judaïsme véhicule une idéologie qui, en effet, pousse les hommes à travailler dur. L'idée sous-jacente? L'homme a été créé à l'image de Dieu, le Créateur, pour que lui-même devienne créateur de sa propre vie et pour cela, il doit tout inventer.

Il doit non seulement maîtriser ce qui existe déjà, mais en plus, selon l'idéologie juive reprise en partie par l'idéologie chrétienne, il doit faire preuve d'inventivité, de créativité, innover, apporter sa touche personnelle, proposer quelque chose de nouveau pour toujours améliorer son existence et le monde dans lequel il vit : c'est le sens de la vie selon cette idéologie, ce qui sous-tend l'idée d'élever sa condition humaine. Cette idée se retrouve chez tous les progressistes.

Cette injonction faite aux hommes est rendue possible par l'idée juive et chrétienne que "Dieu", tel qu'il est perçu dans ces deux religions, a donné à l'homme sa liberté et l'a doté du libre-arbitre pour exercer cette liberté. Dieu lui aurait indiqué le "Bien" et avertit contre le "Mal" et lui aurait donné la possibilité de choisir. Le libre-arbitre est une notion fondamentale dans le Christiannisme : il induit que les hommes sont responsables de leurs actes, et cette notion est à l'origine de la notion d'intention, une notion importante en droit. C'est dans ce type d'exemple que l'on peut parler d'héritage idéologique judéo-chrétien.

La liberté rend possible l'innovation et donc l'amélioration

C'est cette même idée de liberté qui permet donc à l'homme d'inventer à son tour, de créer à son tour avec toutes ses capacités, toute sa bonne volonté, toute ses caractéristiques propres de nouveaux concepts, de nouvelles idées, de nouvelles lois, de nouveaux objets, de nouvelles méthodes de travail, et ainsi de suite.

L'idée que l'homme est libre autorise la création et induit que l'homme n'est pas prisonnier d'un modèle immuable.

L'homme peut donc faire évoluer son cadre de vie. Il peut, potentiellement, tout faire: le bien, comme le moins bien.

Peur de ne pas y arriver ou de faire n'importe quoi: les penchants humains qui conduisent à rejeter la liberté

En d'autres termes, être libre, finalement, c'est beaucoup de boulot. Ca peut en décourager certains, devant l'ampleur de la tâche à acomplir : difficulté du défi, peur de ne pas y arriver, de se tromper, d'être ridicule, manque de persévérance... sont autant de freins à l'exercice de cette liberté. En résumé, ce qui guette tout individu devant la création de sa propre existence et devant toute création tout court (d'une entreprise, une oeuvre, etc...) c'est l'abattement, le doute.

Être libre : le plus extraordinaire et le plus effrayant défi à relever.

La liberté, ça peut faire peur: la liberté, pour certains, c'est partir dans tous les sens, se disperser et finalement se perdreC'est toute la rhétorique anti-liberté: l'idée selon laquelle la "liberté" ce n'est QUE ça: se disperser, faire des erreurs, être un danger pour soi-même ou les autres et finalement se perdre. Les opposants à cette liberté et cette innovation développent donc une rhétorique associant liberté et dépravation, pour dénigrer l'idée de liberté.

C'est tout le sens de la propagande anti-occidentale...

...construite dans beaucoup de pays musulmans et largement reprise par l'extrême-gauche qui a une vision un peu autoritaire de l'ordre, elle aussi. 

islam = répéter le coran, recopier Mahomet, appliquer des règles établies il y a 1400 ans

La pratique idéale de l'islam induit le suivi scrupuleux de règles et de coutumes islamiques immuables. C'est d'ailleurs le sens du mouvement Salafiste, par exemple. C'est aussi le sens que prend l'expression : islam radical, c'est le retour aux racines. Les musulmans s'enorgeuillissent d'ailleurs de cet attachement aux "traditions" contrairement au monde chrétien qui se serait "égaré".

Le comportement idéal, selon la tradition musulmane, c'est celui du prophète, Mahomet. Ainsi, un musulman atteint la perfection lorsqu'il reproduit l'attitude du prophète. Taille de la barbe, couleur, tenue vestimentaire, attitudes, répliques: les musulmans sont appelés à répéter les comportements de Mahomet, d'Aïcha -avec le port du voile, une sunna-... La reproduction de ces comportements seraient gage de valeur selon la tradition musulmane.

En fait, l'islam dispense de toute création, de toute invention, de toute innovation, de toute réflexion: tout a déjà été calculé, pensé, mesuré, évalué pour vous. Il vous suffit d'appliquer à la lettre les prescriptions islamiques, de recopier des comportements qui datent d'il y a 1400 ans, ceux de Mahomet, pour être quelqu'un de bien et de respectable, quelqu'un de "pieux". Plutôt que de chercher comment avancer dans la vie en se trompant parfois, l'islam vous permet de gérer le réel avec des règles précises.

Règles et contraintes dans le Judaïsme et le Christiannisme

Même s'il existe plus ou moins de contraintes dans les autres religions, à un niveau individuel, moral, le juif ou le chrétien est appelé à se demander si ce qu'il fait est bien, juste.

Un musulman est appelé à se demander si ce qu'il fait est en conformité avec ce que prescrit l'islam, qui comporte aussi bien des prescriptions bénéfiques -souvent déjà énoncées dans la Bible- et d'autres, contestables, comme dans les versets Ayat as Sseif (versets du sabre). La valeur suprême en islam est l'obéissance à allah (islam veut dire "soumission" en arabe), pas le bien ou le mal. L'islam se pose en alpha et omega du bien et du mal : il définit lui-même ce qui est bien et ce qui ne l'est pas.

La religion juive et la religion chrétienne demandent à l'individu de définir lui-même ces notions en lui donnant des outils pour et font appel à sa conscience: puisqu'il doit avancer et progresser, l'homme a sans cesse besoin de redéfinir la notion de bien et la notion de mal face à la nouveauté. Ces deux religions lui proposent donc un cadre moral plus qu'une définition monolithique pour lui permettre de jauger d'une situation nouvelle de façon à ce qu'il puisse avancer sans se perdre. Cela prend tout son sens face aux avancées de la médecine et de la science qui apportent leur lot de bénéfices mais aussi de questionnement moral.

L'islam définit ces notions pour les musulmans. Le bien est ce qui va dans le sens de l'islam, le mal est tout ce qui nuit à l'islam. En fait, l'islam verrouille les notions de bien et de mal, il commet un "hold-up" moral en quelque sorte: l'islam subordonne les notions de bien et de mal à lui-même, il se positionne au-dessus, il redéfinit le monde. Ce n'est pas du tout la même construction de pensée. 

C'est rassurant, c'est balisé, c'est clair

On sait où on va, quoi faire quelle que soit la situation, en témoignent ces nombreux passages où l'on voit que l'islam ne se contente pas d'énoncer des règles précises (comme par exemple: le temps d'allaitement pour les femmes, la fréquence des épilations de telle ou telle zone du corps, ou bien encore la direction dans laquelle faire ses besoins) mais aussi dit explicitement aux musulmans quoi dire dans telle ou telle situation. Vous n'êtes plus perdus, l'islam a tout pensé pour vous, tout prévu, l'islam vous enveloppe et gère pour vous tous les aspects de votre vie. Plus de peur, plus de doutes, plus d'hésitations.*

La créativité et l'effort musulman: subordonnés à la "défense" et à la diffusion de l'islam

Le Djihad ("effort", qui inclut l'argumentation, les opérations financière et, enfin, le combat physique, le "qitaal") recycle cette idée de persévérance et de créativité seulement au nom d'allah et dans le but de diffuser l'islam. Cette persévérance, on peut l'entendre dans ce témoignage de la porte-parole du mouvement "Mamans toutes Egales", Ndella Paye, qui souhaite faire prévaloir une prescription islamique par rapport à la loi française et qui a été récemment reçue au Ministère de l'Education Nationale. La créativité, on la retrouve dans les prouesses rhétoriques de Tariq Ramadan, encore une fois, dans le seul et unique but de servir l'islam.

La "défense" et la diffusion de l'islam sont les deux seuls domaines dans lesquels un musulman peut et doit exercer tout son potentiel et toute sa créativité.

Un exemple concret d'innovation en islam : les fatwa, comme celle-ci qui a récemment déclaré la chicha (ou narguilé) "haram", donc interdite.

Analyse binaire

Si ce qu'entreprend ce musulman entre en contradiction avec un précepte, une prescription ou une affirmation assenée dans le coran, alors ce que fait ce musulman est considéré comme "illicite" ("haram") et donc anti-islamique, l'islam se prétendant comme référence absolue et unique du bien et du mal et en redéfinissant le sens. L'islam implique une relecture du monde à l'aune du coran: il y a le "licite" d'une part, et l'illicite d'autre part, halal et haram. 

*Toute ressemblance avec un roman d'anticipation type "1984" ou "Meilleur des Monde" est complètement fortuit.

Partager cet article

Commenter cet article

Le pédagogue 22/09/2015 12:40

Le pédagogue :


L’Islaam depuis Aadame (Adam) sur lui la bénédiction et la paix, consiste à faire de son mieux pour Adorer Allaah, comme Allaah le demande.
L’Islaam n’est pas une question d’ethnie, de tribu, de clan, de classe sociale, de sexe, de couleur, de langue, de parti politique, de pays, de nationalité, d’Etat.
L’Islaam c’est ce qui unit les croyants et les croyantes (almouminoune wa almouminaate) où qu’ils soient, sur la base du Message d’Allaah L’Unique, Le Seigneur des univers.
Alqoraane est la continuation, la synthèse et le parachèvement du Message d’Allaah L’Unique, Le Seigneur des univers.
Mohammad, l’ultime Prophète et Messager sur lui la bénédiction et la paix (sallaa Allaah ‘alayh wa sallame), a eu pour mission de le transmettre.
Assonna a trait à la conduite de Mohammad, l’ultime Prophète et Messager sur lui la bénédiction et la paix.
Lorsqu’on parle de hadiite (hadite, hadiith, hadith), cela renvoie à ce qui a été rapporté concernant la conduite de Mohammad, l’ultime Prophète et Messager sur lui la bénédiction et la paix.
Alqoraane n’a de sens qu’avec Assonna et Assonna ne peut exister sans Alqoraane.
Assonna procède d’Alqoraane.
L’Islaam se résume dans le témoignage (achchahaada) qu’il n’y a d’Ilaah (Divinité) qu’Allaah et que Mohammad est le Messager d’Allaah, l’accomplissement de la Prière (assalaa, assalaate), l’acquittement du prélèvement purificateur (azzakaate), le jeûne du mois de ramadaane (le ʺrʺ roulé) et le pèlerinage (alhajj) à la Maison Sacrée d’Allaah (bayte Allaah alharaame, que symbolise Alka’ba, la Kaaba à Makka, la Mecque).
À cela, il faut lier la Foi (aliimaane) et le Bienfait (alihçaane).
La Foi est de croire à Allaah, à Ses Anges, à Ses Livres, à Ses Envoyés, au Jour Dernier la Résurrection) et à la Prédestination qu’il s’agisse du Bien ou du Mal.
Le Bienfait étant d’Adorer Allaah comme si nous le voyons car, si nous ne le voyons pas, Lui nous voit.
(Contenu de la réponse faite à l’Ange Jibriil (le ″r″ roulé), Gabriel, paix sur lui, par Mohammad, l’ultime Prophète et Messager sur lui la bénédiction et la paix.
Hadiithe rapporté dans ″Sahiih Moslime″, Recueil authentique de Moslime).
ʺLes musulmans et les musulmanes, les croyants et les croyantes, les obéissants et les obéissantes, les loyaux et les loyales, les endurants et les endurantes, les craignants et les craignantes, les donneurs d’aumône et les donneuses d’aumône, les jeûneurs et les jeûneuses, les gardiens de leur chasteté et les gardiennes, ceux qui invoquent beaucoup Allaah et les invocatrices, Allaah leur a préparé un Pardon et une Récompense Immense. Il n’appartient pas à un croyant ni à une croyante, une fois qu’Allaah et Son Messager ont décidé d’une chose, d’avoir encore le choix dans leur façon d’agir. Et quiconque désobéit à Allaah et à Son Messager, s’est égaré d’un égarement évidentʺ.
Alqoraane (Le Coran), sourate 33 (chapitre 33), Alahzaab, Les Coalisés, aayate 35 et aayate 36 (verset 35 et verset 36).
Les représentations, les fantasmes, les mythes et tout ce qui en découle, ne peuvent jamais anéantir cette Vérité.
Aujourd’hui, et depuis des lustres, l’État (ou la même institution appelée autrement) des croyants et des croyantes n’existe plus, nulle part.
Les ʺÉtats″ qui prétendent l’être sont fondés sur l’imposture, le crime, la trahison, la tromperie, la corruption, l’injustice, la perversion, la débauche, le mensonge, le pillage, l’oppression, l’exploitation, le viol, la tyrannie, la torture, l’enfermement et autres.
L’Islaam les dénonce, les rejette, les condamne, les combat.
L’État des croyants et des croyantes n’existe plus, nulle part, mais les membres de la communauté (alomma, la matrie) des croyants et des croyantes sont partout et seront partout, par la miséricorde d’Allaah, jusqu’à la fin de l’existence ici-bas.
Pour ce qui est des êtres humains, le Message d’Allaah L’Unique, Le Seigneur des univers, est adressé à toute l’humanité.
Les bavardages stériles, les divagations hystériques, les discours mensongers, les commentaires désobligeants, les déclarations arrogantes, les campagnes de dénigrement, les insultes continues, les vexations répétées, les sous-entendus outrageants, les élaborations humiliantes, les propagandes malfaisantes, les tromperies constantes, les combinaisons funestes, les amalgames cruels, les menaces ouvertes, les attaques brutales, les entreprises de démolition et autres pratiques immondes recourent au faux pour entretenir et maintenir la confusion, l’imposture.

Vousdevriezvoirça 07/10/2015 17:45

C'est ton islam qui:
-divise les hommes
-sème l'hypocrisie
-répand la misère
-plonge l'humanité dans l'obscurantisme et la superstition
-habitue les hommes à se comporter en esclaves et non en citoyens libres, autonomes et responsables
-fait monter la tension en permanence avec la loi d'abrogation : en cas de doute, il faut toujours passer à l'étape violente supérieure
-interdit tout ce qui ne procède pas de lui
-fait faire n'importe quoi à des pauvres gens perdus en quête de siritualité
-condamne à mort celui qui veut en sortir
-condamne à mort celui qui ne veut pas y entrer
-considère les femmes comme des mineures et des idiotes tout juste bonnes à pondre des "moujahidin"
-fait la différence entre l'intérieur et l'extérieur, les musulmans et les non-musulmans,
-incite à la haine contre les non-musulmans qui refusent ou rejettent l'islam,
Etc etc etc
Je te laisse lire la bio de ton prophète préféré, un bédoin qui a épousé une fillette de 6 ans, insulté son propre oncle parce qu'il ne se convertissait pas, décapité 600 à 800 juifs de la tribu des Banu Quraiza et violé la fille du chef de cette tribu dans le sang de son père.
L'islam est la honte de l'humanité.