Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
VousDevriezVoirÇa

Qui a dit quoi sur l'islam? Qu'en pensaient les Lumières? Qu'en ont pensé les nazis?

17 Juin 2015 , Rédigé par Vousdevriezvoirça Publié dans #Définitions et fondamentaux

"Le Coran, ce méchant livre, a suffi pour fonder une grande religion, satisfaire pendant 1200 ans le besoin métaphysique de plusieurs millions d'hommes ; il a donné un fondement à leur morale, leur a inspiré un singulier mépris de la mort et un enthousiasme capable d'affronter des guerres sanglantes, et d'entreprendre les plus vastes conquêtes. Or nous y trouvons la plus triste et la plus pauvre forme du théisme.(.) je n'ai pu y découvrir une seule idée un peu profonde."

(Arthur Schopenhauer / 1788 -1860)

"Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs" 
(Matthieu / 7.15.)

"24:4 Jésus leur répondit : Prenez garde que personne ne vous séduise.
24:5 Car plusieurs viendront sous mon nom, disant : C'est moi qui suis le Christ. Et ils séduiront beaucoup de gens. (...)
24:11 Plusieurs faux prophètes s'élèveront, et ils séduiront beaucoup de gens."
Évangile selon St Matthieu

A mettre en perspective avec le hadith ci-dessous : 
"Nul n'est plus en droit de se réclamer de Jésus fils de Marie que moi-même, car entre lui et moi il n'y a aucun prophète.Si vous le voyez, sachez le reconnaitre: Il est trapu, le teint rose clair, vétu de deux pagnes teints en jaune, la tête ruisselante sans qu'elle soit mouillée ; Il tuera le porc, brisera la croix, répandra l'argent et Allah fera périr en son temps toutes les religions à l'exclusion de l'Islam"
Hadith - Abû Hurayra

"Referme ton Coran. Pense et regarde librement le ciel et la terre."
(Omar Khayyam / 1048-1122)

"L'islam! Cette religion monstrueuse a pour toute raison son ignorance, pour toute persuasion sa violence et sa tyrannie, pour tout miracle ses armes, qui font trembler le monde et rétablissent par force l'empire de Satan dans tout l'univers."
(Bossuet /1627-1704)

"C'est un malheur pour la nature humaine, lorsque la religion est donnée par un conquérant. La religion mahométane, qui ne parle que de glaive, agit encore sur les hommes avec cet esprit destructeur qui l'a fondée."
(Montesquieu / 1689-1755)

"La religion des Guèbres (Zoroastriens) rendit autrefois le royaume de Perse florissant ; elle corrigea les mauvais effets du despotisme : la religion mahométane détruit aujourd'hui ce même empire."
(Montesquieu / 1689-1755)

"Mahomet le fanatique, le cruel, le fourbe, et, à la honte des hommes, le grand, qui de garçon marchand devient prophète, législateur et monarque."
(Voltaire / 1694-1778)

"Il est à croire que Mahomet, comme tous les enthousiastes, violemment frappé de ses idées, les débita d'abord de bonne foi, les fortifia par des rêveries, se trompa lui-même en trompant les autres, et appuya enfin, par des fourberies nécessaires, une doctrine qu'il croyait bonne."
(Voltaire / 1694-1778)

"Mahomet, simple courtier d'Arabie, sans lettres, sans éducation, et dupe lui-même en partie du fanatisme qu'il inspirait, avait été forcé, pour composer le médiocre et ridicule ouvrage nommé al-koran, d'avoir recours à quelques moines grecs. Or, comment, dans un tel homme, ne pas reconnaître l'ouvrage du hasard qui le place dans le temps et les circonstances où devait s'opérer la révolution à laquelle cet homme hardi ne fit guère que prêter son nom ?"
(Claude Adrien Helvétius - (1715-1771)

Contrairement à ce que laisse entendre http://islammedia.free.fr/ sur sa page http://islammedia.free.fr/Pages/citation_voltaire.html, Voltaire n'a fait que faire apparaître les raisons pour lesquels l'islam a eu du succès et à quel besoin métaphysique l'islam a répondu. Dans ses propos il fait seulement apparaître la puissance (indéniable!) de cette force destructrice qu'est pour lui l'islam.

Contrairement à ce que laisse entendre http://islammedia.free.fr/ sur sa page http://islammedia.free.fr/Pages/citation_voltaire.html, Voltaire n'a fait que faire apparaître les raisons pour lesquels l'islam a eu du succès et à quel besoin métaphysique l'islam a répondu. Dans ses propos il fait seulement apparaître la puissance (indéniable!) de cette force destructrice qu'est pour lui l'islam.

"Les imams et les muphtis de toutes les sectes me paraissent plus faits qu'on ne croit pour s'entendre; leur but commun est de subjuguer, par la superstition, la pauvre espèce humaine."
(d'Alembert / 1717-1783)

"La religion de Mahomet, la plus simple dans ses dogmes, (.) semble condamner à un esclavage éternel, à une incurable stupidité, toute cette vaste portion de la terre où elle a étendu son empire;"
(Condorcet / 1743-1794)

"Tous les germes de la destruction sociale sont dans la religion de Mahomet."
(Chateaubriand / 1768-1848)

"Le plus grand mérite pourtant est de mourir pour la foi, et celui qui meurt pour elle en bataille, est sûr d'entrer au paradis."
(Georg Wilhelm Friedrich Hegel / 1770-1831)

Qui a dit quoi sur l'islam? Qu'en pensaient les Lumières? Qu'en ont pensé les nazis?
Qui a dit quoi sur l'islam? Qu'en pensaient les Lumières? Qu'en ont pensé les nazis?
Qui a dit quoi sur l'islam? Qu'en pensaient les Lumières? Qu'en ont pensé les nazis?
Qui a dit quoi sur l'islam? Qu'en pensaient les Lumières? Qu'en ont pensé les nazis?
Qui a dit quoi sur l'islam? Qu'en pensaient les Lumières? Qu'en ont pensé les nazis?
Qui a dit quoi sur l'islam? Qu'en pensaient les Lumières? Qu'en ont pensé les nazis?

"Là est la guerre éternelle, la guerre qui ne cessera que quand le dernier fils d'Ismaël sera mort de misère ou aura été relégué par la terreur au fond du désert. L'Islam est la plus complète négation de l'Europe; l'Islam est le fanatisme"

(Joseph Ernest Renan / 1823-1892)


"Si l'on préfère la vie à la mort on doit préférer la civilisation à la barbarie. L'islamisme est le culte le plus immobile et le plus obstiné, il faut bien que les peuples qui le professent périssent s'ils ne changent de culte."
(Alfred de Vigny / 1797-1863)

"J'ai beaucoup étudié le Coran (...) Je vous avoue que je suis sorti de cette étude avec la conviction qu'il y avait eu dans le monde, à tout prendre, peu de religions aussi funestes aux hommes que celle de Mahomet. Elle est, à mon sens, la principale cause de la décadence aujourd'hui si visible du monde musulman (.) je la regarde comme une décadence plutôt que comme un progrès."
(Alexis de Tocqueville / 1805-1859)

"L'islam, c'est la polygamie, la séquestration des femmes, l'absence de toute vie publique, un gouvernement tyrannique et ombrageux qui force de cacher sa vie et rejette toutes les affections du cour du côté de l'intérieur de la famille."
(Alexis de Tocqueville / 1805-1859)

"Celui qui prétend être le prophète d'Allah devrait avoir des lettres de créances, c'est-à-dire la prophétie, les miracles et l'intégrité de l'ensemble de sa vie. Rien de tout cela ne se trouve chez Mahomet, cet homme de pillage et de sang qui prêche sa doctrine à coup de cimeterre, en promenant la mort sur un tiers du globe alors connu."
(Monseigneur Louis Pavy - Évêque d'Alger / 1805-1866)

"Je demande, au nom de l'humanité, à ce qu'on broie la Pierre-Noire, pour en jeter les cendres au vent, à ce qu'on détruise la Mecque, et que l'on souille la tombe de Mahomet. Ce serait le moyen de démoraliser le Fanatisme."
(Gustave Flaubert / 1821-1880)

"L'islam est contraire à l'esprit scientifique, hostile au progrès ; il a fait des pays qu'il a conquis un champ fermé à la culture rationnelle de l'esprit."
(Joseph Ernest Renan / 1823-1892)

"Mahomet nous apparaît comme un homme doux, sensible, fidèle, exempt de haine (.). Rien de moins ressemblant à cet ambitieux machiavélique et sans cour."
(Joseph Ernest Renan / 1823-1892)

"Toute sa conduite dément le caractère entreprenant, audacieux, qu'on est convenu de lui attribuer. Il se montre habituellement faible, irrésolu, peu sûr de lui-même. M. Weil va jusqu'à le traiter de poltron ; il est certain qu'en général il avançait timidement et résistait presque toujours à l'entraînement de ceux qui l'accompagnaient. Ses précautions dans les batailles étaient peu dignes d'un prophète."
(Joseph Ernest Renan / 1823-1892)

"Le plus mauvais état social, à ce point de vue, c'est l'état théocratique, comme l'islamisme et l'ancien Etat pontifical, où le dogme règne directement d'une manière absolue."
(Joseph Ernest Renan / 1823-1892)

"Ce fut par ces traductions arabes des ouvrages de science et de philosophie grecque que l'Europe reçut le ferment de tradition antique nécessaire à l'éclosion de son génie."
(Joseph Ernest Renan / 1823-1892)

"L'islamisme ne peut exister que comme religion officielle; quand on le réduira à l'état de religion libre et individuelle, il périra. L'islamisme n'est pas seulement une religion d'État, (.) c'est la religion excluant l'État..."
(Joseph Ernest Renan / 1823-1892)

"L'Islam est le dédain de la science, la suppression de la société civile; c'est l'épouvantable simplicité de l'esprit sémitique, rétrécissant le cerveau humain, le fermant à toute idée délicate, à tout sentiment fin, à toute recherche rationnelle, pour le mettre en face d'une éternelle tautologie : Dieu est Dieu..."

(Joseph Ernest Renan / 1823-1892)

"Du fond de son tombeau, l'ombre du prophète règne en souveraine sur ces millions de croyants qui peuplent l'Afrique et l'Asie, du Maroc jusqu'à la Chine, de la Méditerranée à l'Equateur."
(Gustave Le Bon / 1841-1931)

"Des musulmans peuvent-ils être vraiment Français ? (.) d'une manière générale, non (.) Dans cette foi le musulman regarde l'islam comme sa vraie patrie et les peuples non-musulmans comme destinés à être tôt ou tard subjugués par lui musulman ou ses descendants ; s'il est soumis à une nation non-musulmane, c'est une épreuve passagère ; sa foi l'assure qu'il en sortira et triomphera à son tour de ceux auxquels il est maintenant assujetti ; la sagesse l'engage à subir avec calme son épreuve."
(Charles de Foucauld / 1858-1916)

"C'est au nom de Dieu qu'on se battra. Et comment en serait-il autrement, du moment que chaque religion prétend au monopole de la vérité révélée ? C'est ainsi que les religions, chacune prétendant unir tous les hommes, les divisent. Chacune prétend être la seule à posséder la Vérité. La raison est commune à tous les hommes, et s'oppose à la religion, aux religions."
(André Gide / 1869-1951)

"L'influence de cette religion paralyse le développement social de ses fidèles (.) Il n'existe pas de plus puissante force rétrograde dans le monde.(.)Si la Chrétienté n'était protégée par les bras puissants de la Science, la civilisation de l'Europe moderne pourrait tomber, comme tomba celle de la Rome antique."
(Winston Churchill / 1874-1965)

"La religion d'Hitler est la plus proche qui soit de l'islamisme, réaliste, terrestre, promettant le maximum de récompenses dans cette vie, mais avec ce Walhalla façon musulmane avec lequel les Allemands méritoires peuvent entrer et continuer à goûter le plaisir. Comme l'islamisme, elle prêche la vertu de l'épée."
(Carl-Gustav Jung / 1875-1961)

"Je fus impressionné par la parenté du national-socialisme avec l'islam et cette impression n'a fait que se préciser et s'affermir depuis."
(Hermann von Keyserling / 1880-1946)

"Mais pourquoi nos femmes s'affublent-elles encore d'un voile pour se masquer le visage, et se détournent-elles à la vue d'un homme ? Cela est-il digne d'un peuple civilisé ? Camarades, nos femmes ne sont-elles pas des êtres humains, doués de raison comme nous ? Qu'elles montrent leur face sans crainte, et que leurs yeux n'aient pas peur de regarder le monde ! Une nation avide de progrès ne saurait ignorer la moitié de son peuple !"
(Mustapha Kémal Atatürk / Premier président de la république turque 1881-1938)

"Vous venez me parler des avantages que nous a valu notre conversion à l'Islam, et moi je vous dis : regardez ce qu'elle nous a coutée !"
(Mustapha Kémal Atatürk / Premier président de la république turque 1881-1938)

"Les musulmans ne sont pas français, ceux qui prônent l'intégration, ont une cervelle de colibri."
(Charles de Gaulle / 1890-1970)

"L'islam, cette théologie absurde d'un bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies."

(Mustapha Kémal Atatürk / Premier président de la république turque 1881-1938)

"Le monde occidental ne semble guère préparé à affronter le problème de l'islam, tout ce que nous pouvons faire c'est prendre conscience de la gravité du phénomène et tenter d'en retarder l'évolution."

(André Malraux / 1901-1976)


"Peut-être des solutions partielles auraient-elles suffi à endiguer le courant de l'islam, si elles avaient été appliquées à temps... Actuellement, il est trop tard ! [...] Tout ce que nous pouvons faire, c'est prendre conscience de la gravité du phénomène et tenter d'en retarder l'évolution."
(André Malraux / 1901-1976)

"Fatwa : Sorte de mini-encyclique que peut concocter n'importe quel curé musulman venu."
(Jean-François Kahn)

"Tous les musulmans devraient s'interroger pour comprendre pourquoi la foi qu'ils aiment à produit autant de mutants."
(Salman Rushdie)

"N'y a-t-il meilleur symbole de soumission à l'impérialisme musulman que l'image du peuple algérien qui se prosterne cinq fois par jour vers son conquérant situé en Arabie."
(Ibn Warraq)

"L'islam en tant que tel n'est pas une religion modérée : il suffit de lire le Coran, truffé de menaces et d'imprécations en tout genre, pour s'en convaincre !"
(Ibn Warraq)

"Je crois que l'Islam est une des religions les plus pornographiques !"
(Sam Touzani)

"L'islam actuel n'est pas compatible avec les présupposés de l'Etat de droit occidental."
(Ayaan Hirsi Ali)

"En tant que croyance et doctrine, l'islam est politique, culturel, social et militaire. Tout cela est inclus dans le livre saint : le Coran, révélé par le prophète Mohamed dont la vie doit être un modèle pour tous les musulmans. En cela l'islam veut nier toute distinction entre les personnes et toute différence de comportement. Nier le concept d'individu."
(Aayan Hirsi Ali)

"L'islamisme est une idéologie de destruction de masse. Elle propage le chaos [.] elle abolit ce qui différencie l'homme de l'animal : la liberté de pensée, d'expression, de vivre. [.]. Là où d'autres idéologies - le nazisme, le fascisme, le communisme - ont échoué, l'islamisme peut réussir."
(Jahanchahi Amir)

"L'islam est-il soluble dans la démocratie ? Pauvres dindons bien plumés ! Que vous faut-il encore pour comprendre que votre démocratie se dissout irrésistiblement dans l'Islam ?"
(Maurice-Georges Dantec)

"Les musulmans, et pire encore les musulmanes, sont les premières victimes de l'Islam."
(Maurice-Georges Dantec)

"Il n'y a pas d'Islam militant et d'Islam modéré. Il n'y a que des variations d'intensité. Les lois coraniques ne peuvent être adoucies que très provisoirement"
(Maurice-Georges Dantec)

"La religion la plus con, c'est quand même l'islam. Quand on lit le Coran, on est effondré... effondré."

(Michel Houellebecq)

"L'islam ne pouvait naître que dans un désert stupide, au milieu de bédouins crasseux qui n'avaient rien d'autre à faire - pardonnez-moi - que d'enculer leurs chameaux."
(Michel Houellebecq)

"L'islam est structurellement archaïque : point par point, il contredit tout ce que la philosophie des Lumières a obtenu depuis le XVIIIe siècle en Europe et qui suppose la condamnation de la superstition, le refus de l'intolérance, l'abolition de la censure, le rejet de la tyrannie, l'opposition à l'absolutisme politique, la fin de toute religion d'Etat, la proscription de la pensée magique, l'élargissement de toute liberté de pensée et d'expression, la promulgation de l'égalité des droits, la considération que toute loi relève de l'immanence contractuelle, la volonté d'un bonheur social ici et maintenant, l'aspiration à l'universalité du règne de la raison. Autant de refus clairement signifiés à longueur de sourate..."
(Michel Onfray)

"Et pour un Averroès, ou un Avicenne - ces prétextes tellement utiles... - combien d'imams hyper mnésiques ?"
(Michel Onfray)

"L'islam et le bolchevisme ont une finalité pratique, sociale, matérielle dont le but est d'étendre leur domination sur le monde."
(Bertrand Russel)

"La maison de servitude, c'est l'islam lui même. Beaucoup de gens, ne rêvent qu'à une chose, en revenir à la maison de servitude. Ils sont fatigués de la liberté, n'aspirent qu'à en être débarrassés. Qu'à cela ne tienne, l'islam les en débarrasse. Il leur offre tout ce qu'ils désirent, des lois strictes et des peines sévères à ceux qui les enfreignent. Les gouvernants eux aussi sont séduits. L'islam leur facilite la tâche, c'est une idéologie qui leur convient."
(Éric Werner)

"L'islam prive les musulmans de leur liberté (.) S'ils n'étaient pas captifs de l'islam, s'ils pouvaient se libérer du joug de l'islam, s'ils cessaient de prendre Mahomet comme modèle et s'ils se débarrassaient du Coran, ils seraient en mesure de réaliser de grandes choses."
(Geert Wilders)

"L'expression "Inch 'Allah" est une malédiction, la soumission est une honte. Libérez-vous, il n'en tient qu'à vous."
(Geert Wilders)

"Exaltation de la violence : chef de guerre impitoyable, pillard, massacreur de juifs et polygame, tel se révèle Mahomet à travers le Coran."
(Robert Redeker)

"Les tentatives pour islamiser les pays occidentaux ne doivent pas être dissimulées. La menace que cela fait peser sur l'identité de l'Europe ne devrait pas être ignorée sous prétexte de respect mal placé."
(Gänswein George / secrétaire particulier de Benoit XVI)

"Une éducation exclusivement consacrée à inculquer aux enfants la foi coranique a produit des générations dont, jusqu'à la fin du XIXe siècle, l'esprit est resté imperméable à toute influence venue d'ailleurs. On ne connait pas d'exemple comparable d'une stérilisation intellectuelle de peuples entiers par la foi religieuse."
(Etienne Gilson)

"J'ai le droit (.) de penser que l'Islam, en tant que religion, apporte une certaine débilité qui en effet me rend islamophobe. Il n'y a aucune raison, sous le prétexte de la tolérance, de s'abaisser jusqu'à renier des convictions profondes."
(Claude Imbert)

"Le fait que Mahomet ait écrit le Coran sous la dictée de l'ange Gabriel est non seulement absurde, mais dangereux : du fait de leur caractère sacré, on ne peut plus rien changer à ces écrits, et l'islam risque de se retrouver de plus en plus décalé par rapport au monde contemporain."
(Albert Jacquard)

"Si le foulard n'était qu'une façon de s'habiller, il ne poserait pas problème. Mais le - foulard islamique - est une façon d'affirmer qu'une jeune musulmane, pour être fidèle à sa religion, doit le porter. Il s'agit donc d'une pression sur celles qui jugent bon de n'en pas porter. A ce titre, il ne peut être toléré."
(Albert Jacquard)

"Ils en ont assez enduré pour savoir que l'écart entre islam et islamisme n'est pas si grand, que la différence entre les deux entités n'est pas question de nature mais d'intensité. L'islamisme est de l'islam à un autre degré, sa variante meurtrière. L'islamisme est la métastase de ce mal, l'islam."
(Jack-Alain Léger)

"Et si les plus hautes instances de l'islam ont condamné les attentats du 11 septembre, si d'influents oulémas proches des milieux dits islamistes, comme le cheikh Youssouf Al-Qardawi, l'ont également dénoncé, c'est sans doute pour nous berner, pour dissimuler leurs sombres desseins..."
(Alain Gresh)

"Un problème social doit être traité par des mesures sociales, et ce n'est pas parce que quelqu'un souffre d'injustice sociale qu'il faut l'abandonner à la compensation illusoire de l'intégrisme, douteux supplément d'âme. Il est par ailleurs aberrant d'assimiler toute critique de l'Islam politique à un acte de racisme."
(Henri Pena-Ruiz)

"Les femmes du monde arabe savent bien que leur combat pour l'émancipation implique à la fois la fin du pouvoir patriarcal, dont la plupart des hommes se font les complices, et l'éradication d'une religion qui en justifie la prépondérance."
(Raoul Vaneigem)

"Brûlez les bibliothèques, car leur valeur se trouve dans ce seul livre (le Coran)."
(Attribuée à Omar, calife (581-644) lors la prise d'Alexandrie)

"Que le Christianisme est bien quelque chose de fade - Nous aurions bien mieux encore reçu le Mahométisme, cette doctrine de la récompense de l'héroïsme : le combattant seul a le septième ciel ! Les Germains auraient avec cela conquis le monde, ce n'est que par le Christianisme que nous en avons été tenus éloignés."

(Adolf Hitler / 1889-1945)

Si à Poitiers Charles Martel avait été battu, la face du monde eût changé. Puisque le monde était déjà voué à l’influence judaïque (et son produit, le christianisme, est une chose si fade!) il eût beaucoup mieux valu que le mahométisme triomphât. Cette religion récompense l’héroïsme, elle promet aux guerriers les joies du septième ciel… Animés par un tel esprit, les Germains eussent conquis le monde. C’est le christianisme qui les en a empéchés.

Libres propos sur la guerre et la paix recueillis sur l’ordre de Martin Bormann, Adolf Hitler, éd. Flammarion, 1954, t. 2, 28 août 1942, p. 297

"Je n'ai rien contre l'Islam, parce que cette religion se charge elle-même d'instruire les hommes, en leur promettant le ciel s'ils combattent avec courage et se font tuer sur le champ de bataille: bref, c'est une religion très pratique et séduisante pour un soldat."
(Heinrich Himmler - Reichführer SS / 1900-1945)

"Des millions d'hommes quitteront l'hémisphère sud pour aller dans l'hémisphère nord. Ils n'iront pas en tant qu'amis. Ils iront pour le conquérir, et ils le feront en le peuplant avec leurs fils. C'est le ventre fécond de nos femmes qui nous donnera la victoire."
(Houari Boumedienne - Conférence islamique de 1974)

"Les mosquées sont nos casernes, les coupoles nos casques, les minarets nos baïonnettes et les croyants nos soldats."
(Erdogan - Premier Ministre de Turquie)

"Les nazis sont les meilleurs amis de l'islam."

(Le grand Mufti de Jérusalem en 1943)

Publié en premier sur Athéisme.free.fr

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

ryan 07/01/2017 15:54

allons jusqu'au bout, le concordat de 1933 signé par le Vatican concernant la protection des catholiques par le régime Nazi en fermant les yeux sur le génocides juifs, parmi les cardinaux des partisans Nazi , le cardinal Patcheli, si le pape Pie XII avait résisté au III Reich 20 millions de catholique n'aurait pas pris les armes, le déroulement de la guerre aurait été autre, seul les témoins de Jéhovah n'ont pas juré allégeance a Hitler.
Alors svp vos leçons gardaient les pour vous.

ryan 07/01/2017 15:25

Vous ne voulez pas créé d’amalgame avec les musulmans mais vous êtes dans le mensonge, vous n’êtes aucunement objective et impartiale, il y a des versets que j'aime bien dans la bible en français courant pour que vous pussiez comprendre ce que vous représentez.

Job 13

7Pensez-vous servir Dieu en déformant les faits ?
Prendrez-vous sa défense à coups de fausses preuves ?
8Montrerez-vous pour Dieu de la partialité ?
Prétendez-vous pouvoir plaider en sa faveur ?
9Et s’il vous inspectait, serait-ce bon pour vous ?
On ne trompe pas Dieu comme l’on trompe un homme !
10Si vous avez, même en secret, du parti pris,
il aura sûrement un reproche à vous faire.
11Ne redoutez-vous pas la majesté de Dieu,
n’êtes-vous pas saisis par la peur qu’il inspire ?
12Vos arguments ne sont que de la poudre aux yeux,
et vos raisonnements des murailles de boue.

7Pensez-vous servir Dieu en déformant les faits ?
Prendrez-vous sa défense à coups de fausses preuves ?
8Montrerez-vous pour Dieu de la partialité ?
Prétendez-vous pouvoir plaider en sa faveur ?
9Et s’il vous inspectait, serait-ce bon pour vous ?
On ne trompe pas Dieu comme l’on trompe un homme !
10Si vous avez, même en secret, du parti pris,
il aura sûrement un reproche à vous faire.
11Ne redoutez-vous pas la majesté de Dieu,
n’êtes-vous pas saisis par la peur qu’il inspire ?
12Vos arguments ne sont que de la poudre aux yeux,
et vos raisonnements des murailles de boue.

aller jusqu'au bout de vos recherches comme pour Voltaire, je ne vous mettrais que celui la vous n'en valez pas la peine..





VOLTAIRE



Au départ, Voltaire était très hostile à l’islam. La pièce théâtrale « Mahomet, ou le fanatisme » composée en 1742, était considérée comme le parfait exemple pour dépeindre le personnage du Prophète Mohammed (SBDL).

« Mahomet le fanatique, le cruel, le fourbe, et, à la honte des hommes, le grand, qui de garçon marchand devient prophète, législateur et monarque. » Recueil des Lettres de Voltaire (1739-41),

Goethe, qui avait traduit la pièce en allemand pour complaire à son maître, le prince Charles-Auguste de Weimar, parla de ce sujet à Napoléon qu’il rencontra à Erfut. L’Empereur rétorqua :
« Je n’aime pas cette pièce, c’est une caricature !
- Je suis de l’avis de Votre Majesté, j’ai fait ce travail à contre-cœur. Mais dans cette tragédie, dans ces tirades contre le fanatisme, ce n’est pas l’islam qui était visé, mais l’Église catholique.
- Les allusions, dit Napoléon, sont tellement voilées que cet impertinent a pu dédier son œuvre au pape… qui lui a donné sa bénédiction.» (1).

Mais au fur et à mesure, Voltaire va faire ses recherches personnelles et délaisser les vieux ouvrages sur les musulmans que propageaient l’église. Voltaire se détache des sources héritées du Moyen Âge et sa perspective change radicalement.

C’est en travaillant en véritable historien, sur son Charles XII, que Voltaire forgea ses idées sur le monde musulman et plus particulièrement sur les Ottomans. L’évolution de Voltaire sur l’islam arrive à son point culminant avec l’Examen important de milord Bolingbroke, ou le tombeau du fanatisme, intégré au Recueil nécessaire, en 1766. Dans cet écrit, il fustige sévèrement le christianisme et fait l’éloge du Prophète Mohammed (SBDL) qui établit un culte qui « était sans doute, plus sensé que le christianisme».

Voltaire accuse et attaque le christianisme qu’il considère comme « la plus ridicule, la plus absurde et la plus sanglante religion qui ait jamais infecté le monde. » (Lettre à Frédéric II, roi de Prusse, datée du 5 janvier 1767). Par contraste, il vante la doctrine musulmane pour sa grande simplicité : « Il n’y a qu’un Dieu et Mahomet est son prophète. »

« Chanoines, moines, curés même, dit Voltaire, si on vous imposait la loi de ne manger ni boire depuis quatre heures du matin jusqu’à dix heures du soir, pendant le mois de juillet, lorsque le carême arriverait dans ce temps ; si on vous défendait de jouer à aucun jeu de hasard sous peine de damnation ; si le vin vous était interdit sous la même peine ; s’il vous fallait faire un pèlerinage dans des déserts brûlants ; s’il vous était enjoint de donner au moins deux et demi pour cent de votre revenu aux pauvres ; si, accoutumés à jouir de dix-huit femmes, on vous en retranchait tout d’un coup quatorze ; en bonne foi, oseriez-vous appeler cette religion sensuelle ? » Et la fin de son article est une leçon qui déteste et rejette la caricature : « Il faut combattre sans cesse. Quand on a détruit une erreur, il se trouve toujours quelqu’un qui la ressuscite.» (dictionnaire philosophique 1764)

La dernière phase de Voltaire sur l’islam se situe entre 1768 et 1772. Il revient sur certaines de ses positions intransigeantes concernant le christianisme, sans renoncer à ses convictions dans l’enseignement de l’islam : « Sa religion est sage, sévère, chaste et humaine : sage puisqu’elle ne tombe pas dans la démence de donner à Dieu des associés, et qu’elle n’a point de mystère ; sévère puisqu’elle défend les jeux de hasard, le vin et les liqueurs fortes, et qu’elle ordonne la prière cinq fois par jour ; chaste, puisqu’elle réduit à quatre femmes ce nombre prodigieux d’épouses qui partageaient le lit de tous les princes de l’Orient ; humaine, puisqu’elle nous ordonne l’aumône, bien plus rigoureusement que le voyage de La Mecque. Ajoutez à tous ces caractères de vérité, la tolérance. »

Depuis 1742, date à laquelle Voltaire a présenté sa pièce de théâtre « Mahomet » à la Comédie française, le chemin parcouru est long. Ce jour-là, il attaquait « le fondateur de l’islam » pour montrer comment les religions ont été établies. Puis vingt-huit années plus tard, en 1770, il le défend pour soutenir que « d’autres peuples pouvaient penser mieux que les habitants de ce petit tas de boue que nous appelons Europe ».

« Il n’y a point de religion dans laquelle on n’ait recommandé l’aumône. La mahométane est la seule qui en ait fait un précepte légal, positif, indispensable. L’Alcoran [le Coran] ordonne de donner deux et demi pour cent de son revenu, soit en argent, soit en denrées. La prohibition de tous les jeux de hasard est peut-être la seule loi dont on ne peut trouver d’exemple dans aucune religion.
Toutes ces lois qui, à la polygamie près, sont si austères, et sa doctrine qui est si simple, attirèrent bientôt à la religion, le respect et la confiance. Le dogme surtout de l’unité d’un Dieu présenté sans mystère, et proportionné à l’intelligence humaine, rangea sous sa loi une foule de nations et, jusqu’à des nègres dans l’Afrique, et à des insulaires dans l’Océan indien.
Le peu que je viens de dire dément bien tout ce que nos historiens, nos déclamateurs et nos préjugés nous disent : mais la vérité doit les combattre.» (2)


Le plus grand changement que l’opinion ait produit sur notre globe fut l’établissement de la religion de Mahomet. Ses musulmans, en moins d’un siècle, conquirent un empire plus vaste que l’empire romain. Cette révolution, si grande pour nous, n’est, à la vérité, que comme un atome qui a changé de place dans l’immensité des choses, et dans le nombre innombrable de mondes qui remplissent l’espace; mais c’est au moins un événement qu’on doit regarder comme une des roues de la machine de l’univers, et comme un effet nécessaire des lois éternelles et immuables: car peut-il arriver quelque chose qui n’ait été déterminé par le Maître de toutes choses? Rien n’est que ce qui doit être. (3)

Ce fut certainement un très grand homme, et qui forma de grands hommes. Il fallait qu’il fût martyr ou conquérant, il n’y avait pas de milieu. Il vainquit toujours, et toutes ses victoires furent remportées par le petit nombre sur le grand. Conquérant, législateur, monarque et pontife, il joua le plus grand rôle qu’on puisse jouer sur la terre aux yeux du commun des hommes. (4)

J’ai dit qu’on reconnut Mahomet pour un grand homme; rien n’est plus impie, dites-vous. Je vous répondrai que ce n’est pas ma faute si ce petit homme a changé la face d’une partie du monde, s’il a gagné des batailles contre des armées dix fois plus nombreuses que les siennes, s’il a fait trembler l’empire romain, s’il a donné les premiers coups à ce colosse que ses successeurs ont écrasé, et s’il a été législateur de l’Asie, de l’Afrique, et d’une partie de l’Europe. (5)

Jean Prieur, Muhammad, Prophète d’Orient et d’Occident, Éditions du Rocher, Paris 2003, p 215.
Voltaire, Essai sur les mœurs, in Faruk Bilici, op. cit.
« Remarque pour servir de supplément à l'Essais sur les Mœurs » (1763), dans Oeuvres complètes de Voltaire, Voltaire, éd. Moland, 1875, t. 24, chap. IX-De Mahomet, p. 588
« Remarque pour servir de supplément à l'Essais sur les Mœurs » (1763), dans Oeuvres complètes de Voltaire,
Voltaire a composé cette lettre en 1760 en réponse à la "Critique de l’Histoire universelle de M. de Voltaire, au sujet de Mahomet et du mahométisme".

voici une petite liste de personnage connu et reconnu eux aussi. dont celui qui a bâti votre constitution
j'en ai d'autres

Voltaire

(1694 - 1778) Ecrivain et philosophe francais


Napoleon de Bonaparte

(1769 - 1821) Empereur Francais
Victor Hugo

(1802 - 1885) Ecrivain, poète, homme politique francais
Montesqieu

Montesquieu

(1689 - 1755) Moraliste, penseur politique, philosophe et écrivain français des Lumières
Alphonse de Lamartine

(1790 - 1869) Poète, écrivain, historien et un homme politique français
Goethe

(1749 - 1832) Poète, romancier, scientifique allemand
Friedrich Nietzsche

(1844 - 1900) Philosophe et un philologue prussien
Gustave le Bon

(1841 - 1931) Anthropologue, psychologue social, sociologue et scientifique amateur français
Ghandi

(1869 - 1948) Dirigeant politique, guide spirituel important de l'Inde
Jean Paul II

(1920 - 2005) Pape Catholique

Vousdevriezvoirça 29/01/2017 23:44

Ryan,
Merci pour votre contribution énervée, ce qui est très bon signe.
Juste, si vous pouviez éviter de pomper des textes entiers sur http://islammedia.free.fr/Pages/citation_voltaire.html, ça serait cool. surtout que ce site réécrit l'histoire comme ça lui chante et uniquement du point de vue pro-islam.

Et vous le prenez pour une source fiable ? C'est complètement bidon. Donc déjà, 1/ trouvez d'autres sources à citer.

2/ apparemment vous n'avez rien compris à la phrase suivante, alors je vais vous l'expliquer :

« Mahomet le fanatique, le cruel, le fourbe, et, à la honte des hommes, le grand, qui de garçon marchand devient prophète, législateur et monarque. »

-> le pivot de cette phrase, puisqu'apparemment vous êtes trop BÊTE pour le comprendre c'est "A LA HONTE DES HOMMES", ce qui veut dire que Voltaire là se morfond sur la nature des hommes, assez stupides et naïfs pour ériger un fourbe et un cruel, un enragé et un sale type (je traduis pour que vous compreniez) au rang de monarque et de prophète.
Voilà ce que veut dire cette phrase.
Retenez bien "a la honte des hommes" parce qu'en effet, sans la profonde stupidité de certains hommes, jamais un pourri pareil n'aurait atteint un tel niveau de notabilité.

3/ Et pour votre citation de Job : vous m'avez fait bien rire. Vous n'êtes même pas capable de comprendre une phrase de Voltaire alors un passage de la Bible, pardon... retournez plutôt jouer à la Playstation.
Bien à vous