Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
VousDevriezVoirÇa

Science, paix, mariage, laïcité... que veulent dire ces mots dans la bouche des musulmans militants?

30 Juillet 2015 , Rédigé par Vousdevriezvoirça Publié dans #Rhétorique musulmane, #Définitions et fondamentaux

Science, paix, mariage, laïcité... Ces mots ont-ils le même sens pour les musulmans que pour nous ?

 

Science

On peut souvent lire des musulmans militants affirmer qu'un jour "l'islam dominera le monde grâce à la science", que ceux qui critiquent l'islam "manquent de science" ou bien que "l'islam est une science". 

Ce que nous entendons par "science"

Un ensemble de connaissances obtenues par la recherche et des méthodes rigoureuses, impartiales dans des domaines aussi variés que la physique, la chimie, l'astronomie, les mathématiques, la medecine... (Voir définition de "science" du Robert sur Wikipédia) On parle également de "sciences humaines" pour définir les disciplines qui étudient divers aspects de la réalité humaine.

Ce que veut vraiment dire le mot "science" en islam

Par ses nombreux textes violents et la justification des pires exactions sur les individus s'ils ne se plient pas au mieux à ses exigences, l'islam a de quoi rebuter. Mais c'est sans compter sur le travail des prêcheurs, imams et autres cheicks passés ou actuels pour faire perdurer l'islam grâce auquel ils se maintiennent dans une certaine position sociale vis à vis de leurs correligionnaires et du reste de la société (les fameux "savants" ou "représentants religieux"). Pour rassurer les musulmans et les non-musulmans effrayés à juste titre par certains passages des textes sacrés de l'islam, ils n'hésitent pas à diffuser des versets tronqués (comme celui-ci par exemple) ou abrogés (comme le fameux verset "à moi ma religion à vous votre religion", abrogé par le "verset de l'épée") sans le préciser, bien sûr.

Les interprétations : l'art de la rhétorique

Les interprétations sont le summum de leur art. Il existe également les tafsirs, ces éxégèses "officielles" -pour ceux qui l'ignorent, les tafsirs sont des explications de texte du coran. Evidemment, un verset explicitement ignoble ou incitant à la haine, a fortiori, a besoin d'une explication. C'est là que les prêcheurs et imams déploient tout leur talent. Par un subtil jeu de rhétorique:

1/ ils noient sous les détails en mettant en lumière la progressivité de la punition explicitée dans le verset, en contextualisant la violence de celui-ci,

2/ ils atténuent les mots. Le verset parle de "frapper" ? Ils diront que tout au plus il s'agit d'une pichenette et embrayent : "c'est mieux SI on en arrive pas là". La tournure devient ambigüe.

3/ ils proposent une solution pour EVITER d'en arriver là. Bien évidemment cela se résume à une chose : se soumettre à ce que veut l'islam. Vous n'avez plus le choix.

4/ l'interprétation finit sur une note positive : en islam, c'est toujours mieux quand ça se passe bien/ quand le foyer est heureux (moyennant l'abandon par la femme de ses revendications) / quand la paix règne sur terre (et que le chrétien, le juif ou l'athée finit par découvrir le bonheur grâce à l'islam).

On retrouve ce plan par exemple sur le site de prosélytisme Aimer-Jesus.com à propos du verset 4:34 ou encore sur le site Sunnisme.com à propos du commandement de tuer les infidèles

Sophisme et crédulité

En résumé, c'est grâce à cette "science" de l'argumentation que l'islam arrive à convaincre et à rassurer au même titre qu'un très bon vendeur est capable de faire signer un contrat d'assurance véreux à des personnes crédules. Plutôt que de science on devrait donc parler d'argumentation.

L'islam, la seule religion qui a besoin de déployer une argumentation pour rassurer. "Les raisons de ne pas craindre l'Islam" Broché – 22 octobre 2007 de Samir KHALIL SAMIRL'islam, la seule religion qui a besoin de déployer une argumentation pour rassurer. "Les raisons de ne pas craindre l'Islam" Broché – 22 octobre 2007 de Samir KHALIL SAMIR

L'islam, la seule religion qui a besoin de déployer une argumentation pour rassurer. "Les raisons de ne pas craindre l'Islam" Broché – 22 octobre 2007 de Samir KHALIL SAMIR

Mariage

Dans le Figaro, Claude Sicard l'affirme : le viol de chrétiennes n'est pas autorisé par le coran

Il est urgent d'aborder ce sujet car, comme l'a récemment publié sans le contredire le Figaro, un journal subventionné chaque année par l'état (en 2013, le montant reçu par le Figaro s'élevait à 18 263 664 €) dans son article "Théologie du viol : ce que dit vraiment le Coran" : "Il faut souligner que lorsqu'il s'agit de captives chrétiennes, les violer est interdit: cela irait complètement à l'encontre de ce que prévoit le Coran. Les chrétiens sont, en effet, des croyants, ils croient en le même Dieu que les musulmans".

Le viol n'est pas autorisé par le coran, bien sûr. Mais le "mariage" oui.

En effet, il sera difficile de trouver un passage dans le coran disant explicitement "vous pouvez violer des chrétiennes". En revanche, on trouve plusieurs passages disant explicitement que les musulmans ont le droit d'avoir des rapports intimes avec leurs épouses mais aussi avec leurs "esclaves en toute propriété", ou bien encore qu'ils peuvent "prendre pour épouses" parmi leurs "captives de guerre".

Source : http://islamfrance.free.fr/doc/coran/sourate/index.html
Source : http://islamfrance.free.fr/doc/coran/sourate/index.html
Source : http://islamfrance.free.fr/doc/coran/sourate/index.html

Source : http://islamfrance.free.fr/doc/coran/sourate/index.html

Safiya bint Houyay, "épouse" de Mahomet ou trophée de guerre ?

Cela est parfaitement cohérent avec la biographie de Mahomet. Celui-ci a pris pour 11ème épouse Safiya bint Houyay, la fille du chef des Banu Quraiza, une tribu juive installée à Yathrib. Yathrib était une ville dans laquelle Mahomet et ses compagnons se réfugièrent après avoir été chassés de la Mecque, Mahomet ne bénéficiant plus de la protection de sa première femme alors décédée, Khadidja, une riche commerçante de 20 ans plus âgée que lui. Après avoir été recueillis par les membres de cette tribu juive, Mahomet et ses compagnons les ont attaqués (peut-être étaient-ils islamophobes). C'est après avoir tué son père et son frère que Mahomet "prit pour épouse" Safiya bint Houyay. Dihya Ibn Kalifa, un compagnon de Mahomet, obtint les deux cousines de Safiya.

Mariage ou viol légal ?

La notion de "viol conjugal" n'existe pas en islam. L'islam ne prend en compte que les unions officielles et les rapports hors mariage. Les défenseurs de l'islam jurent leurs grands Dieux que la femme doit être consentante pour qu'il y ait effectivement mariage. Pourtant, en 2015, les mariages forcés en Algérie ou au Pakistan pour ne citer qu'eux sont toujours d'actualité, malgré, il est vrai, un nombre croissant d'unions choisies -ce dont on peut se réjouir-, systématiquement mises en avant par les musulmans militants (l'arbre qui cache la forêt?).

"Mariage" en islam : rapport sexuel décidé par l'homme et approuvé par la oumma

Un mariage musulman est donc encore loin d'être synonyme de consentement de la femme. Pourtant c'est bien ce qui fait la différence entre un acte sexuel consenti et un viol. En guise de conclusion, on peut se demander si une femme est consentante lorsque toute sa famille a été massacrée, qu'elle est faite prisonnière et que le chef de la bande a jeté son dévolu sur elle.

Anne-Marie Delcambre, islamologue et arabophone, raconte le massacre des Banu Quraiza

Paix

L'islam serait une religion de paix, mesdames et messieurs. Oui, une grande et belle religion de paix selon les propos de certains anciens ministres français en 2015. Si vous laissez un musulman vous donner une explication de cette phrase, il vous répondra que ce sera la paix lorsque l'islam deviendra la source d'inspiration unique au niveau politique, judiciaire, et social. 

Ce que nous entendons par "Paix"

Il serait trop long de s'engager dans un débat philosophique sur ce qu'est la paix mais posons un postulat simple, communément admis : en Occident, le mot "paix" est synonyme d'absence de conflit et de perturbations.

Ce que l'islam entend par "paix"

Nous observons un phénomène en Europe qui consiste en un mot : le chantage. Si nous ne voulons plus d'attentats, si nous voulons "apaiser les tensions", sous-entendu avec la communauté musulmane, et "favoriser le vivrensemble",  en résumé, si nous voulons la paix, nous devons :

1/ arrêter de caricaturer le prophète; ça énerve, ça excite et ça fait de la peine aux musulmans. 

2/ "tenir compte des caractéristiques culturelles, ethniques, religieuses du peuple français" dans les écoles : autrement dit prévoir de la viande halal dans les cantines scolaires, sinon les enfants musulmans, ces êtres innocents qui n'ont rien demandé, se sentiront exclus et discriminés par rapport à leurs camarades;

3/ doubler le nombre de mosquées si nous ne voulons plus voir de prières collectives dans les rues, et pour permettre aux musulmans de pratiquer leur religion dans des conditions décentes, pour qu'ils ne sentent pas comme des citoyens de "seconde zone", étant donné que la Loi 1905 sur la laïcité dit clairement que la République "garantit la liberté de culte".

4/ former les imams français pour qu'ils connaissent mieux les valeurs Républicaines françaises, et adaptent idéalement l'enseignement du coran à celles-ci;

5/ Augmenter le nombre d'aumôniers musulmans dans les prisons, pour éviter la radicalisation;

6/ Ne plus arrêter les femmes qui portent le niqab, car cela créé des attroupements et cause un trouble "supérieur au trouble initial", un principe récemment rappelé par Jean-Paul Pecquet, le directeur territorial de la sécurité dans le 92 et qui pourrait, pourquoi pas, s'appliquer dans le cas du niqab puisqu'à Trappes, à Nice, à Argenteuil, comme en Belgique, l'arrestation de femmes en niqab a créé des tensions et des émeutes.

7/ Autoriser une bonne foi pour toutes que des mères voilées puissent accompagner leurs enfants en sortie scolaire et donc abroger la Circulaire Chatel de 2004, pour que ces mères "comme toutes les autres" puissent "participer pleinement à l'épanouissement" et à la "réussite" de leurs enfants qui sont, bien sûr, l'avenir de ce pays magnifique qu'est la France.

Etc, etc, etc... Vous l'aurez compris : nous devons un peu nous adapter. Pour ne pas leur faire de la peine. Pour qu'ils ne se sentent pas exclus de la société française. Pour notre propre sécurité.

La paix au prix de compromis : jusqu'où ?

Et ça marche. Après les attentats de Charlie Hebdo en Janvier 2015, le Premier Ministre français, Manuel Valls, a notamment annoncé, entre autres, le doublement du budget de l'aumônerie musulmane dans les prisons. Najat Vallaud-Belkacem a également annoncé qu'elle souhaitait que les mères voilées puissent librement participer aux sorties scolaires. Jean-Christophe Cambadélis a quant à lui reçu le CCIF, un organisme aux méthodes contestées et à l'ordre des priorités un peu flou, au siège du Parti Socialiste en juin 2015 dans l'indifférence générale si ce n'est l'écho que cette rencontre a eu dans la presse musulmane.

En fait, nous ne sommes pas prêts de voir la fin des compromis consentis par nos propres élus pour "apaiser les tensions" et permettre la "coexistence pacifique" de toutes les cultures et de toutes les religions en France. Quitte à contrevenir à nos propres lois et notamment la loi 1905 qui interdit le financement des cultes en accordant un loyer quasi gratuit au Conseil Français du Culte Musulman, ou en finançant la construction de mosquées via des associations "cultuelles" dans un but de "rattrapage" par rapport aux autres religions. 

La paix ou le conditionnement pavlovien d'une population ? 

Jusqu'où devrions-nous aller pour ne plus avoir d'attentats ? De tensions et de dégradations dans les quartiers ? D'agressions de juifs ? De manifestations pro-palestine qui dégénèrent en destruction du mobilier urbain ? D'agressions de policiers ? Ou pour que les femmes ne soient plus harcelées dans la rue ?

Paix

Liberté de culte

Une représentation de Mahomet dans un groupe de prosélytisme auprès de personnes de culture chrétienne sur Facebook, sensée être positive. On voit bien la paix dans le message.

Une représentation de Mahomet dans un groupe de prosélytisme auprès de personnes de culture chrétienne sur Facebook, sensée être positive. On voit bien la paix dans le message.

Laïcité

Ce que nous entendons par "Laïcité"

En France, nous avons la loi 1905 qui régit les rapports entre l'état et les religions. Cette loi dite de la "Séparation de l'Eglise et de l'Etat" stipule que les institutions de l'état doivent rester un espace neutre, et que l'état ne peut désormais plus financer la construction de nouveaux lieux de culte. C'est pour ça qu'une crèche de Noël a été interdite en Vendée ou qu'une statue de la Vierge n'a pas sa place dans un parc public en Haute-Savoie. C'est aussi pour cette raison qu'on n'autorise pas le voile au collège et au lycée, et une jeune fille à faire du prosélytisme religieux à l'école. Cette loi garantit par contre la liberté de culte : elle n'a pas vocation à éradiquer toute pratique religieuse et reconnaît la liberté de conscience et de culte, à une époque où le christianisme et la judaïsme sont quasiment les deux seules religions présentes en France.

La définition partielle que les musulmans donnent du mot "laïcité"

"Liberté de culte"

Voilà à quoi les musulmans militants voudraient bien réduire le concept de laïcité en France, fustigeant la laïcité telle qu'elle s'applique actuellement, y compris dans le cadre de l'interdiction des signes religieux à l'école. Pour Islametinfo par exemple, « La constitution dit ‘la laïcité c’est le respect de toutes les croyances’ ! ». Le média cite Emmanuel Todd : "La revendication de la laïcité est l’autre nom de l’islamophobie" et pose une question rhétorique à ce sujet : "La laïcité devient-elle une machine à exclure les musulmans ?". Les musulmans militants, qu'on retrouve dans certains médias comme Islametinfo mais aussi Saphirnews, Oumma.com, ou Ajib.fr n'économisent pas leurs efforts pour rappeler à la France ses propres lois, et surtout le point sur la "garantie de la liberté de culte". Par petites bribes, de faits divers en faits divers, comme la fameuse affaire de la jupe, ceux-ci entendent bien démontrer que toute tentative de répression d'une expression individuelle de la foi musulmane sera suivi d'une  procédure judiciaire. C'est la raison d'être du CCIF et de la LDJM.

La laïcité selon l'islam : l'exhibition débridée de signes religieux

En ce sens, ils sont soutenus par des spécialistes en tout genre, comme Jean Baubérot, spécialiste de la sociologie de la laïcité qui estime que : "La laïcité est utilisée à géométrie variable, et de façon plus sévère et injuste envers l'islam". L'observatoire de la laïcité présidé par Jean-Louis Bianco quant à lui "met en garde contre « une volonté de neutralisation de la société »". Nicolas Cadène, son second, estime lui que « La laïcité suppose une meilleure compréhension du fait religieux ». Une déclaration que  Saphirnews ne pouvait pas manquer de citer. Le Monde, référence du journalisme français, écrit des articles intitulés : "Transformer des églises en mosquées va dans le sens de la laïcité républicaine". Enfin, Vincent Peillon est lui aussi repris par les médias musulmans lorsqu'il déclare que "la laïcité est une religion" dans le sens où vouloir limiter l'exhibition débridée de signes religieux relève forcément d'une forme de fanatisme.

Ou comment retourner la situation.

Science, paix, mariage, laïcité... que veulent dire ces mots dans la bouche des musulmans militants?

Pendant ce temps, les médias occidentaux et particulièrement ceux classés à gauche ont tellement peur d'être taxés de racisme qu'ils défendent les musulmans corps et âme, à coup de formule magique : "Padamalgam, Padamalgam", sans faire évoluer le débat. Au contraire.

Pendant ce temps, aucun propos, aucune démarche, aucun phénomène ne soulève d'indignation. A peu de chose près, tout passe. (sauf lorsque la Suisse a voulu interdire les minarets comme en 2009)

Pendant ce temps, les libre-penseurs, les athées, les ex-musulmans regardent l'Occident en se demandant si celui-ci est encore capable de défendre l'Esprit des Lumières, la liberté et le débat éclairé qui fait défaut dans les sociétés islamisées.

Pendant ce temps au Bangladesh, un blogueur a été assassiné parce qu'il défendait l'idée de la laïcité.

Partager cet article

Commenter cet article