Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
VousDevriezVoirÇa

Pendant que l'islam contre la culture hindoue en Inde, la presse de gauche lui emboîte le pas ici

21 Juin 2016 , Rédigé par Vousdevriezvoirça Publié dans #Unanimité, #Hindouisme, #Inde, #Islamogauchisme, #Intolérance Musulmane, #Diabolisation du nationalisme

Dernièrement, dans un article de RFI datant du 18 juin 2016, l'auteur Tirthankar Chanda s'est attelé à dénoncer la supercherie du Yoga Day en affirmant qu'il cache des "enjeux idéologiques et commerciaux".

Après quelques circonvolutions sur l'appât du gain de cette Inde souhaitant honteusement profiter de l'intérêt pour le yoga dans le monde et en faire une source de revenus - et ça, comme chacun sait, c'est mal -, arrive en fait le reproche principal de l'auteur de cet article : : 

Pour le parti hindouiste qui gouverne l’Inde depuis vingt-quatre mois, se réapproprier le yoga associé à l’hindouisme n’est pas une démarche innocente. Ce parti est soupçonné de vouloir changer la Constitution pour faire de ce pays un Etat hindou, abandonnant la laïcité qui a servi de ciment depuis l’indépendance entre la majorité hindoue et les minorités chrétienne et musulmane.

RFI

Les médias occidentaux se soucient-ils à ce point de la laïcité en Inde qu'ils en distillent auprès de leur audience la peur de l'hindouisation (sic) de l'Inde (re-sic) ?

Détrompez-vous. Voici sur quoi se conclut cet article :

La minorité musulmane de l’Inde qui représente près de 13% de la population indienne ne s’était pas d’ailleurs trompée. Elle s’est opposée dès 2015 à ce que le gouvernement rende le yoga obligatoire dans les écoles publiques que fréquentent leurs enfants. L’obligation faite aux écoles d’enseigner le yoga avait fait polémique et avait été débattue au Parlement.

« Pourquoi les séances du yoga doivent se terminer obligatoirement, s’était interrogé un député musulman en pleine période de polémique, par une prière hindoue ? » « Puisque le Premier ministre estime que faire du yoga est faire preuve du patriotisme, on pourrait peut-être tout simplement conclure la séance en chantant l’hymne national », a-t-il ajouté.

C'était donc ça.

Le yoga à l'école ne dérange au fond... que les leaders musulmans.

Jamais à une contradiction près, les médias occidentaux, pourtant habituellement friands d'exotisme, fervents défenseurs de l'enrichissement culturel et de la diversité n'avaient visiblement pas besoin de plus pour sonner la charge contre cette Inde qui se réapproprie pourtant justement son propre patrimoine.

 

Marmonner "Om" et chanter une prière hindoue, c'est facho

C'est ainsi que Libé et Rue89/L'Obs ont décidé de dénigrer l'initiative indienne en usant d'une rhétorique martiale, fascisante.

Morceaux choisis : 

"Narendra Modi, qui est aussi un grand maître de la communication..."

"s’est évertué à faire de cette journée une opération de publicité réussie"

"Son très actif compte Twitter a tweeté et retweeté les photos de l’événement"

"le but réel de ce frénétique prosélytisme du yoga déployé par le gouvernement"

"formidable soft power"

Mais pourquoi tant de haine ?

"Les musulmans accusent le gouvernement de se servir de cette occasion pour « hindouiser » la société"

Encore une fois, toute la charge contenue dans cet article on ne peut plus partial s'inspire en fait uniquement des revendications... de la communauté musulmaneEt Rue89 d'abonder dans le sens d'oulemas musulmans et citant au passage "certains historiens" pour acter que oui, le yoga est le vecteur cynique d'un prosélytisme hindou qui ne l'est pas moins.

On ne félicitera jamais assez "Melissa Almoni" pour son grand professionnalisme.

Beaucoup de musulmans pratiquent le yoga. Ce qui pose problème, c’est que certaines positions du yoga sont liées à l’hindouisme. Notamment le « surya namaskar », la salutation au soleil.
Le son « Om » nécessaire dans certaines positions est un son religieux hindou. Il est considéré comme le son créateur de l’univers dans la mythologie hindoue.
C’est pourquoi rendre le yoga obligatoire a été vécu comme une attaque par la population musulmane.
...
Loin de la relaxation et de l’apaisement de l’âme escomptés, le yoga a replongé l’Inde dans ses tensions internes. La sagesse qu’il est censé apporter semble échapper à certains de ses plus grands défendeurs.

Le yoga, nouvelle arme du nationalisme hindou ?

Si seulement "Melissa Almoni" mettait autant d'énergie à dénoncer le prosélytisme musulman dans les pays occidentaux et à démontrer comment les apologistes de l'islam politique se servent de prétextes pour imposer leur vision rétrograde et totalitaire du monde à tous les pays où s'installent les populations musulmanes...

 

Soyons fous : le parti nationaliste indien associé à de "l'extrême-droite"

Dès lors, comment s'étonner que les médias occidentaux lâchent le mot d'"extrême-droite hindoue" si ce n'est pour dénigrer et disqualifier le nationalisme indien

Le nationalisme indien, c'est de l'"extrême-droite". En revanche les régimes totalitaires musulmans sont "ultra-conservateur"

Quel contraste avec les  très diplomatiques euphémismes utilisés par les médias occidentaux pour désigner les régimes totalitaires musulmans. 

 

-> Pourquoi les médias occidentaux ne parlent-ils jamais d'extrême-droite saoudienne, qatari, algérienne, marocaine, iranienne... mais de "parti ultra-conservateur" ou "régime/royaume ultra-conservateur" ? 

Dans cet article d'octobre 2015, le Courrier International s'offusque, à juste titre, que le "journal de propagande (#hôpital #charité) du mouvement RSS, inspirateur idéologique du Premier ministre Narendra Modi, justifie le lynchage récent d’un musulman qui était soupçonné d’avoir mangé du bœuf."

Fort bien.

Pourquoi le Courrier International n'a pas accusé ce journal pakistanais, qui a récemment félicité Omar Mateen en le présentant comme un "afghan" qui a "crucifié 50 américains dégénérés", en faisant référence à la tuerie d'Orlando où 50 personnes sont mortes d'être un "journal de propagande d'extrême-droite" ?

"Un jeune afghan crucifie 50"américains dégénérés" (Source : page facebook de Waleed Al Husseini)

"Un jeune afghan crucifie 50"américains dégénérés" (Source : page facebook de Waleed Al Husseini)

Pourquoi les médias occidentaux ne parlent-ils jamais d'extrême-droite saoudienne, qatari, algérienne, marocaine, iranienne... mais de "parti ultra-conservateur" ou "régime/royaume ultra-conservateur" ? 

Ces régimes pendent, executent, décapitent par centaines chaque année mais pour la presse occidentale de gauche, ils sont "ultra-conservateurs".

 

La presse occidentale de gauche, idiote utile des oulémas ?

Les leaders musulmans ont bien décidé de contrer la pratique du yoga, ce que nous montre cet article de Saphirnews, un média musulman. Les médias occidentaux de gauche, eux, se font le relai d'une campagne de dénigrement auprès de l'opinion publique occidentale en présentant la communauté musulmane comme opprimée sans préciser que ce sont les leaders musulmans qui ont décidé de contrer cette initiative indienne... ne concernant que l'Inde.

Quand les leaders musulmans justifiaient eux-mêmes la pratique du yoga...

Pourtant en 2009, entre les leaders musulmans et le yoga, c'était l'idylle parfaite. Mieux! Les leaders musulmans eux-mêmes justifiaient la pratique du yoga, arguant que certains rites soufis comportaient des postures similaires (oui, toujours justifier en invoquant l'islam).

Le yoga vient d'être autorisé en Inde, le deuxième plus grand pays musulman du monde, par l'école coranique du Darul Uloom Deoband.
"C'est une pratique bonne pour la santé, bénéfique à l'humanité tout entière", a déclaré, le 27 janvier, Maulana Ahmad Khazir Shah, le vice-chancelier du Darum Uloom Deoband. Maulana Abdul Hameed Nomani, le porte-parole d'une autre école coranique indienne, le Jamiat Ulama-i-Hind, a approuvé la décision, affirmant que "des exercices similaires au yoga sont présents dans les rites soufis"

En Inde, le yoga est enfin soluble dans l'islam LE MONDE | 03.02.2009

En Inde, l'autorisation de la pratique du yoga permet au contraire de réconcilier hindous et musulmans. "Après les attaques de Mumbai, les autorités religieuses ont dit de façon claire et responsable que l'islam est pacifique. Le Darul Uloom a encore choisi de se ranger du côté du bon sens et de la souplesse", écrit le quotidien Indian Express dans son éditorial du 28 janvier.

En Inde, le yoga est enfin soluble dans l'islam LE MONDE | 03.02.2009

Que s'est-il passé ? 

L'arrivée au pouvoir de Narendra Modi en Mai 2014 pourrait bien avoir ravivé la crispation des autorités musulmanes. 

La mosquée Babur en Inde : le quatrième lieu saint musulman ?

Dans cet article évoquant les pogroms anti-musulmans ayant eu lieu dans les années 90, l'auteur affirme que c'est la destruction de la mosquée Babur ou Babri Masjid se trouvant dans la ville d’Ayodhya qui a déclenché des affrontements entre hindous et musulmans.

Info interessante : cette mosquée avait été construite au XVIe siècle par le conquérant moghol Babur Khan sur les ruines d'un temple hindou, ce qui rappelle étrangement.. la mosquée Al Aqsa, construite au VIIe s. elle aussi sur un lieu saint d'une religion locale, le Mont du Temple, seul véritable lieu saint juif à Jérusalem rebaptisé par tous les médias "Esplanade des Mosquées" et dont l'UNESCO a récemment nié la judéité avec le concours de la France, remettant ainsi en question les croyances de quelques 16 millions de juifs et de 2,2 milliards de chrétiens. Au profit donc d'1,6 milliard de musulmans. 

Refermons la parenthèse.

S'ensuivent des affrontements meurtiers dans les années 2000. Un rapport de Human Rights Watch accuse le gouvernement de Modi, alors Ministre en chef dans la province du Gujarat depuis 2001 où ont lieu lesdits affrontementsEn 2014, un tribunal new-yorkais a même convoqué Narendra Modi pour "tentative de génocide". Motif : la police n'aurait pas protégé les citoyens musulmans.

L'indignation sélective de la communauté internationale et des opposants politiques de Narendra Modi

Bizarrement, aucun rapport pointant la responsabilité des autorités musulmanes ni aucune convocation de tribunal new-yorkais n'a été émise à leur encontre malgré les violences commises par les indiens de confession musulmane.

Narendra Modi critique l'inefficacité du gouvernement en place en matière de lutte contre le terrorisme et en même temps "multiplie enfin les gestes d’apaisement envers les musulmans", fait reculer la corruption dans sa région et y développe l''activité économique.

En matière de "tentative de génocide" et d' "islamophobie", on a vu mieux mais les détracteurs de Modi sont tenaces : des membres du Parti du Congrès, le parti "nationaliste de gauche" indien, pointent les responsabilités de plusieurs attentats au sein des mouvements d'extrême-droite.

Bizarrement, eux non plus ne pointent pas les responsabilités des autorités musulmanes dans la multiplication des affrontements entre hindous et musulmans.

Toujours est-il que Narendra Modi a tenu des propos d'apaisement envers la communauté musulmane et que les griefs à son encontre semblent se faire rares.

 

Les autorités musulmanes indiennes sont-elles sous l'influence de la "filiale" indienne d'Al Qaida, lancée en 2014 ?

C'est peut-être sans compter sur l'essor de l'Etat Islamique et sur les ambitions d'Al Qaida dans la région, cette dernière investissant ses efforts... sur l'Inde.

On ne peut s'empêcher dès lors de se demander si les autorités musulmanes ne sont pas, elles, "débordées par la droite" et gagnées par la fameuse "idéologie des jihadistes" (comprendre l'application des prescriptions de l'islam et l'imitation de Mahomet et de ses compagnons) ?

La question mériterait vraiment d'être posée, au vu de cette déclaration du directeur du Centre international pour l'islam et le pluralisme de Singapour :

 

Dans le quotidien singapourien Jakarta Post, Syafi'i Anwar, le directeur du Centre international pour l'islam et le pluralisme, estime que le conseil des oulémas d'Indonésie veut, en interdisant la pratique du yoga, "rentrer sur la scène politique du pays"

En Inde, le yoga est enfin soluble dans l'islam LE MONDE | 03.02.2009

En fait de se "défendre" contre l'influence hindoue du yoga en 2015, qui ne les dérangeait pas en 2009, il se pourrait donc bien que les autorités musulmanes, influencées par l'importance grandissante des groupes extrémistes, soient plutôt passées à l'attaque d'un point de vue politique en se servant d'un prétexte... religieux.

 

Rappelons à toutes fins utiles que le Pakistan a justement été créé en 1947 pour accueillir les indiens de confession musulmane et ainsi, éviter les tensions interreligieuses. C'était sa vocation. Et c'était une exigence de la Ligue Musulmane dans les années 1920

Las, ça ne leur suffit toujours pas.

 

L'Hindu Kush : un génocide hindou commis sur plusieurs siècles

Rappelons également qu'on évalue à 80 millions de morts le nombre d'indiens tués sur une période allant du XIe au XVIe s. ...par les musulmans. L'Hindu Kouch, peut-être le premier holocauste de l'histoire, comme d'autres épisodes, semble encore faire partie de "détails" pour certains. 

Ils s'appellaient Mahmoud de Ghaznî, Muhammad Ghuri, et ils ont perpétré des massacres de grande ampleur en Inde pour soumettre la population et s'accaparer ses richesses, pour finir par les épuiser.

LaCe sont les communistes et marxistes indiens eux-mêmes qui ont gommé les souvenirs de ce génocide et dénigré le fer de lance des partis nationalistes, à savoir l'identité hindoue, et ainsi les discréditer aux yeux de l'opinion publique.

 

La sympathie de Nehru le marxiste pour la "mission d'égalitarisme" de l'islam en Inde

« L’islam a rempli en Inde une mission d’égalitarisme et qu’en cela il fut bien accueilli par les castes défavorisées. » Et il continue : « C’était une question de lutte des classes tout à fait justifiée entre des forces progressives (les musulmans) et les forces féodales (les hindous de haute caste). »

Manabendra Nath Roy dit M.N. Roy, écrivain révolutionnaire et activiste communiste

 pres

Si les affinités idéologiques apparaissent clairement dans le cas de Nehru comme aujourd'hui entre ultra-gauche et suprémacistes musulmans notamment via le mouvement anti-Israël, on ne peut s'empêcher de rappeler que pendant longtemps, les communistes, alors en position de supériorité, ont combattu les musulmans radicaux.

Aujourd'hui en perte d'influence, ils ont peut-être fini par voir dans l'islam la ferveur et la constance dans la prédation de richesses sous couvert d'égalitarisme qui leur manquaient. Peut-être imaginent-ils, au moyen d'une alliance, reconquérir le pouvoir ?

 

Retour en 2015.

Rappelons que le premier grief avancé dans l'article de RFI portait sur la remise en cause de la laïcité de l'état Indien par le gouvernement de Narendra Modi en instaurant le yoga à l'école. Terminons simplement sur une déclaration d'un chercheur indien cité par François Gautier, ancien correspondant en Inde du Figaro et de Marianne, dans « Un autre regard sur l’Inde » (édition du Tricorne – Genève 2000) :

Voilà une arrogance bien française que de tenter d’appliquer à l’Inde des paramètres qui ne sont valables qu’en France, en l’occurrence la séparation de l’Église et l’État

 

Le post-colonialisme condescendant, le révisionnisme historique et la complicité avec les extrémistes ont définitivement changé de camp.

Partager cet article

Commenter cet article

Hoplite 24/06/2016 17:11

A quand des attaques contre le qi gong?
Ah mais c'est vrai il y eut déjà le fa lu fong qui se heurtait à un autre système totalitaire.
L'islam commence à fatiguer les 4 autres cinquièmes de l'humanité.
Le yoga, le qi gong, mais bigre tout les offense.
L'Inde et l'Europe deux cibles pour les dévôts du cimeterre.

Vousdevriezvoirça 02/07/2016 12:19

L'hindouisme, le Yézidisme (?), le christianisme, le judaïsme... tout les dérange. C'est l'intolérance au sommet de son art. Et après on nous demande d'aimer ça ?