Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
VousDevriezVoirÇa

'L'islamophobie est soutenue par l'état', 'les migrants sont nos enfants' et autres propos ahurissants de la gauche

8 Août 2016 , Rédigé par Vousdevriezvoirça Publié dans #Polémique, #Médias, #Islamogauchisme, #Idiots Utiles, #Exotisme, #Racisme, #Relativisme, #Guerre civile

Liste non exhaustive de propos tenus directement ou de citations rapportées sans critique par des journalistes, sociologues, philosophes ayant des affinités idéologiques plus ou moins assumées avec la pensée de gauche et d'ultra-gauche, et par des hommes et des femmes politiques situés à gauche, français ou étrangers.

Cette liste est appelée à s'étoffer bien sûr, au gré des prises de parole.

Pourquoi ajouter les citations rapportées sans critique ?

Les journalistes sont des gens intelligents et ils savent écrire. Ils savent aussi que, parfois, il vaut mieux ne pas tenir des propos directement. C'est pourquoi ils les font dire par un autre. Cela permet, derrière une citation amenée avec précaution et suivie d'une molle critique, de faire passer le message, sans en assumer la responsabilité

Cas d'école : la tribune d'"historiens" et de "sociologues" à charge contre Kamel Daoud publiée sur Le Monde

Un exemple ? La tribune publiée en février 2016 dans le Monde par des "historiens" et des "sociologues"  à charge contre Kamel Daoud, l'accusant de véhiculer des "clichés orientalistes" et d'alimenter les "fantasmes islamophobes". Alors oui, le Monde a ensuite donné la parole aux défenseurs de Kamel Daoud, mais le mal n'était-il pas déjà fait en permettant à ceux qui assimilent la critique de la culture musulmane à du racisme de s'exprimer sans y opposer une quelconque analyse critique ?

Les journalistes savent parfaitement discréditer un propos lorsqu'ils le jugent incorrect avec force arguments (il suffit de se rappeler le torrent d'articles d'opinion suite aux déclarations de Nadine Morano en 2015 sur la "race blanche"). C'est pourquoi, ne voulant pas insulter leur intelligence, nous avons décidé de mettre à leur compte les citations qu'ils ne discréditent pas.

 

Pour Raphaël Liogier, l'"islamophobie est soutenue par l'état"

Ou comment donner du crédit à tout le corpus rhétorique des associations communautaristes, -dont il est très proche puisqu'il participe assidûment aux salons organisés par l'UOIF-.

 

Pourquoi assimiler Raphaël Liogier à une pensée de gauche ?

Raphaël Liogier adhère à des thèses traditionnellement portée par la gauche, voire la gauche de la gauche, comme la dialectique selon laquelle la culture occidentale est "la culture dominante", sous-entendant que les cultures non-occidentales, "indigènes", sont "dominées", et qu'elles doivent donc se "libérer" de cette "domination". Donc contester la "culture dominante". C'est une thématique que l'on retrouve dans tous les milieux de l'ultra-gauche prônant la "lutte décoloniale", l' "anti-impérialisme" et autre "convergence des luttes". 

 

"Culture dominante", "laïcité répressive"... les thématiques typiques de l'islamogauchisme

Il participe aussi à diffuser l'idée selon laquelle la laïcité est un outil de répression contre les minorité spirituelles, comprendre : les musulmans, et que l'islamisation de la France est un "fantasme".

Si le nombre de lieux de culte musulman, passé de 150 en 1976 à 2 368 en 2014 n'est pas un indicateur d'un islam plus présent qu'avant en France, alors qu'est-ce qui peut l'être ?

 

Lorsque les élus invoquent la nécessité d'un "rattrapage historique" pour contrevenir à la loi sur la laïcité et fournir des lieux de culte aux musulmans

De plus, l'hypothèse selon laquelle les musulmans seraient particulièrement opprimés par la laïcité a été largement démontée, notamment par Isabelle Kersimon et Jean-Christophe Moreau dans leur ouvrage "Islamophobie, la contre-enquête" (éd. Plein Jour), publié en octobre 2014. Les journalistes y relatent plusieurs cas de financement, subventions et mise à disposition de bâtiments par des collectivités locales à la communauté musulmane et pour servir de lieux de prière et effectuer un "rattrapage historique".

La loi de 1905 elle-même a été aménagée par des moyens détournés pour permettre les subventions au culte musulman via la création des baux emphytéotiques administratifs cultuels. Ainsi les municipalités sont désormais les premiers bailleurs fonciers de l’islam : sur 190 mosquées inaugurées depuis 2011 ou en cours de construction, 114 projets ont été rendus possible grâce à la cession d’un terrain municipal. Le Conseil d’État avait en effet, en juillet 2011, clairement opté pour une « laïcité ouverte » en désavouant le tribunal administratif de Cergy-Pontoise qui avait invalidé un bail emphytéotique au motif qu’il s’agissait d’une subvention déguisée, solution traditionnelle des tribunaux administratifs relative à toute cession de terrain à un prix inférieur à sa valeur vénale.

L'islamophobie partout ?

Peut-être que Raphaël Liogier n'a pas vu passer la publication de ce livre ?

Raphaël Liogier, né en 1967, est sociologue et philosophe, professeur à Sciences-Po Aix-en-Provence, et dirige depuis 2006 l'Observatoire du religieux.

 

Pour Judith Butler, le Hamas et le Hezbollah sont des "mouvements sociaux progressistes" parce qu’ils sont « anti-impérialistes »

Il est extrêmement important de considérer le Hamas et le Hezbollah comme des mouvements sociaux progressistes, qui se situent à gauche et font partie d’une gauche mondiale

Judith Butler

Il faut tout simplement le voir pour le croire. Aucun besoin de commenter ces propos.

Judith Butler née le 24 février 1956 est la figure des études de genre aux Etats-Unis, philosophe et professeur à Berkeley.

 

Pour Guy Birenbaum, les migrants sont "commes nos enfants"

On a rarement entendu propos plus paternaliste, infantilisant et condescendant.

On va dire que ça partait d'un bon sentiment. Comme Jules Ferry et le "devoir des races supérieures" d'éduquer les "races inférieures".

Faut-il être de gauche pour penser que la France doit accueillir des réfugiés de guerre ? Non, bien sûr. Mais Guy Birenbaum fait partie de ces militants de la 1ère heure contre le Front National, et, s'il a déclaré vouloir voter pour François Bayrou en 2007, il a été un temps co-rédacteur en chef de Vendredi-Idée, une publication du Parti Socialiste. 

Guy Birenbaum, né le 8 août 1961, est journaliste et officie notamment sur France Info, le Huffington Post et Europe 1.

 

Pour Edwy Plenel, ceux qui ont assassiné des journalistes de Charlie Hebdo et des citoyens de confession juive sont avant tout des enfants qui ont souffert

Pourquoi prêter ces propos à Edwy Plenel ? Parce qu'Edwy Plenel est le directeur de Mediapart et qu'aucun article faisant l'apologie de thèses traditionnellement portées par des partis de droite n'a jamais été publié sur son site. Ce titre et cet article sont donc un choix éditorial.

Ce sujet a été repris par L'Express, dont le directeur de la rédaction est Christophe Barbier, et par un certain Gregor Brandy sur Slate, magazine fondé dans sa version française par l'ancien directeur du Monde, Jean-Marie Colombani, aidé d'Éric Leser, Johan Hufnagel (directeur délégué de Libération depuis 2014), et Jacques Attali.

Edwy Plenel, né en août 1952 à Nantes, journaliste politique français, notamment au Monde et à Libération, après s'être inscrit à la Ligue Communiste Révolutionnaire dans les années 1970. Il est le fondateur de Mediapart et depuis qu'il a des problèmes avec le Fisc auquel il doit 4,1 millions d'euros bizarrement, il sort beaucoup moins de révélations impliquant des personnalités du Parti Socialiste.

 

Pour Martine Aubry, "35% de maghrébins c'est génial"

Martine Aubry continue en déclarant qu'elle "s'emmerde dans une ville où [on] est tous pareil". Les applaudissements qui suivent montrent qu'une partie de notre société se sent obligée de recourir à l'exotisme parce qu'elle peine à trouver en elle ses propres ressorts de dynamisme, une société qui a atteint un tel niveau de confort et de routine qu'elle s'ennuie et a besoin d'avoir de la distraction

35% de maghrébins, la voilà notre distraction, la fin de l'ennui, enfin ! Ils nous sortiront de notre torpeur, on s'ennuie tellement.

(Applaudissements)

Le vide existentiel est-il de gauche ?

On ne peut s'empêcher de faire un parallèle qui peut surprendre mais qui n'est pas dénué de sens avec un autre exotisme, tout aussi enthousiaste : l'engouement et l'excitation provoqués par les fameuses expositions coloniales (ou zoos humains), très populaires entre le XIXe s. et le début du XXe s. 

'L'islamophobie est soutenue par l'état', 'les migrants sont nos enfants' et autres propos ahurissants de la gauche

Ces expositions coloniales ont été vues par des millions de spectateurs. Elles ont façonné les esprits mais surtout, elle correspondaient à une envie de nouveauté et de découvertes. Elles eurent un succès fulgurant jusqu'à l'arrivée du cinéma, qui attira les gens dans les salles obscures et les détourna fort heureusement de ces foires abominables.

Croyez-le ou pas, la plupart des gens qui allaient voir ces expositions n'étaient pas d'affreux racistes voulant "casser du nègre", non. Juste, ils n'avaient pas conscience de l'écueil dans lequel les menait leur excitation à la vue d'autres cultures, perçues comme mystérieuses et exotiques. Ce racisme, aujourd'hui analysé comme tel, était porté par la curiosité, la condescendance pour les "bons sauvages" et une folle envie d'exotisme

35% de "bons sauvages" ?

Ce sont exactement les mêmes ressorts que l'on retrouve dans cette déclaration déconcertante de Martine Aubry. Car outre l'incongruité totale du propos (remplacez "maghrébins" par "bourguignons" ou "tchèques"...) et sa suite, non moins pitoyable, on y trouve les ingrédients de l'essentialisation propre au racisme.

Il a peut-être envie de passer à autre chose, le "maghrébin" non ? De regarder vers l'avenir plutôt que de regarder vers le passé ? C'est comme si nous rappelions sans cesse à notre collègue ses racines périgourdines alors qu'elle habite la région parisienne depuis 15 ans ou à notre conjoint son ascendance alsacienne. Il y a un moment où les gens peuvent trouver ça lassant, non ? 

Toujours est-il que Martine Aubry nous livre ici une perle digne d'un sketche de Gad Elmaleh

Martine Aubry, née le 8 août 1950, fille de Jacques Delors, est une femme politique française socialiste et maire de Lille depuis 2001.

 

Pour Daniel Schneidermann, l'idée selon laquelle les jihadistes ont perpétré l'attentat du 13 novembre parce qu'ils n'ont jamais osé "s'assoir à une terrasse" parisienne est recevable

 

Daniel Schneidermann est subtil : ce n'est pas lui l'affirme mais il cite sans la critiquer ou l'infirmer l'analyse de Geoffroy de Lagasnerie qui suggère que les auteurs de l'attentat du 13 novembre au Bataclan et dans les terrasses parisiennes ont massacré plus de 130 personnes parce que les terrasses de centre-ville sont « un des lieux les plus intimidants qui soient, pour les jeunes des minorités ethniques. Un espace où on n’ose pas s’asseoir, où on n’est pas bien accueillis, où on n’est pas servis, où quand on est servis, c’est cher. Un des lieux les plus traumatisants ».

Pour lui, le jihadisme est une "insurrection" "largement inconsciente elle-même des cibles contre lesquelles elle s’insurge" (sic).

Vous remarquez la thématique de l'"insurrection"? Nous verrons plus bas un intellectuel qui en parle beaucoup. Peut-être Daniel Schneidermann le connaît-il ?

Daniel Schneidermann, né le 5 avril 1958, est journaliste et éditorialiste français, il est passé par le Monde et Libé après s'être inscrit à l'Union des étudiants communistes, et dirige désormais le site Arrêt sur Image.

Remontons dans le passé...

Au sujet de la Révolution Iranienne en 1979, Michel foucault dira que l’Iran n’a pas « le même régime de vérité que nous »

Dans l’analyse du fanatisme islamique, les postmodernes n’ont pas fait mieux que les anti-impérialistes. Qu’on se rappelle Michel Foucault et son apologie de la brutalité de la révolution iranienne : l’Iran n’a pas « le même régime de vérité que nous ». Cette version du relativisme culturel est devenue un lieu commun.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/05/08/cette-gauche-qui-n-ose-pas-critiquer-l-islam_4630280_3232.html

Même Olivier Roy, sociologue actuel pourtant adepte de l'analyse sociologique et matérialiste d'une guerre religieuse (« Le djihadisme est une révolte générationnelle et nihiliste » sic), le contredit :

Ce que Foucault ne voit pas, c’est l’islamisme, c’est-à-dire la relecture du religieux en termes d’idéologie politique, laquelle réinsère la révolution iranienne dans une tradition révolutionnaire plus large et cette fois bien millénariste.

Olivier Roy

Il est intéressant de noter que Michel Foucault soulignait que les iraniens avaient "payé de leur sang" le "droit à la différence".

L'homme de gauche aime voir l'indigène cultiver ses spécificités culturelles.

Si un occidental veut préserver ses propres spécificités culturelles notamment au contact des populations immigrées, comment l'appelle-t-on déjà ?

Michel Foucault né le 15 octobre 1926 et mort le 25 juin 1984 est un philosophe français majeur et perçu comme une référence dans son domaine.

Pour Michael Hardt et Antonio Negri, la révolution iranienne est "la première révolution postmoderne"

Dans la mesure où la révolution iranienne a exprimé un profond rejet du marché mondial, elle pourrait être considérée comme la première révolution postmoderne.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/05/08/cette-gauche-qui-n-ose-pas-critiquer-l-islam_4630280_3232.html

Michael Hardt, né en 1960, est un critique littéraire et théoricien américain. Antonio Negri est philosophe et homme politique italien né le 1ᵉʳ août 1933, et relié à la mouvance marxiste.

Partager cet article

Commenter cet article