Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
VousDevriezVoirÇa

Participation dans 'Dossier Tabou' : Samia Orosemane rejoue la polémique de la 'Cité du Mâle' en 2010

1 Octobre 2016 , Rédigé par Vousdevriezvoirça Publié dans #Dossier Tabou, #Télévision, #Pression Communautaire, #Joker, #Rhétorique musulmane

Chère Samia, 

On peut dire que vous sentez le vent tourner, vous. Et vous savez quand il faut vous mettre à l'abri. Votre interview dans l'Express intitulée "Après Tintin au Congo, de La Villardière chez les Arabes", suite à votre apparition dans le documentaire "Dossier Tabou" du 28/09/2016 consacré à l'"islam de France" et sous-titré "L'échec de la République", est déroutante.

En vous lisant, la surprise l'a disputé à la consternation. Autant de mauvaise foi et de refus de votre responsabilité, c'est confondant. Pire, elle pourrait bien démontrer à quel point la peur de votre propre communauté affecte votre jugement. Ce qui serait inquiétant.

 

Une phrase pour se positionner dans le camp des victimes de la perfidie des blancs... et s'immuniser contre les critiques ?

D'abord le titre reprenant votre déclaration, victimaire à souhait et reprenant très subtilement la blessure du colonialisme à votre compte.

Quel rapport avec votre participation ni tronquée ni forcée ni manipulée dans l'émission d'M6 ? Aucun, mais de toute évidence vous aviez besoin de vous repositionner dans le camp des "racisés" et des victimes du vilain blanc

 

La suite n'est pas mieux.

 

J'ai été filmée lors d'un déjeuner de famille, un dimanche, où Bernard de La Villardière s'est invité. Je ne devais recevoir que l'équipe technique. Mais quand j'ai ouvert la porte, il m'a dit qu'il s'était permis de venir car chez nous, 'quand il y en a pour dix il y en a pour onze'.

http://www.lexpress.fr/actualite/medias/dossier-tabou-sur-l-islam-apres-tintin-au-congo-la-villardiere-chez-les-arabes_1835895.html

 

1/ Vous auriez très bien pu refuser, si vraiment vous ne vouliez pas recevoir Bernard de la Villardière. Pourquoi ne l'avez-vous pas fait ? 

2/ Allez jusqu'au bout de votre raisonnement : Bernard de la Villardière a-t-il abusé de votre hospitalité ? 

Il était prévu de toute façon dites-vous que l'équipe de tournage vienne. Ce n'était donc pas une surprise d'être filmée.

 

Il a donc débarqué dans mon salon avec ses a priori et ses clichés sur les musulmans

 

Il n'a cessé de vous donner la parole et vous avez eu tout le loisir d'exposer votre fierté de porter le voile, d'expliquer que vous n'étiez pas, comme l'ancienne génération, "complexée".

Non ?

 

il a demandé à l'une de mes soeurs si on ne lui mettait pas la pression pour qu'elle porte le voile

 

N'avez-vous pas saisi le 2nd degré ? N'avez-vous pas compris qu'il plaisantait ? 

C'est inquiétant pour une humoriste.

N'avez-vous pas compris que c'était, justement, pour mettre en valeur le fait que porter le voile était un choix individuel ?

Vous seriez bien la seule.

Pourquoi, losqu'on vous pose une question ouverte, vous en déduisez forcément que c'est pour vous "piéger" ? 

 

Je ne m'attendais pas à ce qu'au montage ce soit aussi glauque.

 

Tout le monde a saisi le 2nd degré derrière son écran. Votre soeur s'est librement exprimée, vous aussi.

Vos propos n'ont été ni tronqués, ni mis en scène.

Si vous avez l'impression que c'est glauque, c'est bien votre propre jugement sur la situation.

Car visiblement, la question de la pression de l'entourage sur les femmes, même sur le ton de l'humour, vous a mise mal à l'aise

 

Le "joker" de Samia Orosemane

J'ai le sentiment d'avoir été trahi.

 

C'est la phrase magique pour ne plus avoir à vous justifier auprès de votre communauté, votre sauf-conduit ?

 

Avec moi, ils voulaient montrer que l'on pouvait porter le voile et être humoriste. Etant donné que l'on dépeint souvent les femmes musulmanes comme soumises, j'ai trouvé que c'était positif, l'occasion de montrer le contraire, un autre son de cloche, quand les musulmans se plaignent de ne pas être bien présentés dans les médias.

 

N'avez-vous pas eu tout le loisir de vous exprimer ? De dire votre fierté de "payer vos impôts", d'"être française ET musulmane" ?

 

Bernard de La Villardière écrit des scénarios à la Spielberg

 

Bernard de la Villardière a-t-il inventé quelque chose ?

Le salafisme n'existe-t-il pas en France ?

L'UOIF n'existe-t-il pas ?

N'y a-t-il pas eu d'attentats au nom de l'islam ces deux dernières années causant 230 morts rien qu'en France ? (dont des musulmans comme vous, "pas assez musulmans" aux yeux des terroristes ?)

Bernardino n'a-t-il pas eu lieu ?

Saint Etienne du Rouvray n'a-t-il pas eu lieu ?

Mangnanville n'a-t-il pas eu lieu ?

Orlando n'a-t-il pas eu lieu ?

Des attaques au couteau et à la voiture bélier ne sont-elles pas quasi quotidiennes contre les juifs en Israël ?

Des terroristes n'ont-ils pas demandé à des individus de réciter la shahada, la profession de foi musulmane, à Bamako en novembre 2015 avant de tuer 27 personnes ? Idem à Nairobi, au Kenya, en septembre 2013 ? 

Des étudiants chrétiens n'ont-ils pas été massacrés à Garissa justement parce qu'ils étaient chrétiens ?

Les chrétiens d'Orient ne sont-ils pas décimés en Irak et en Syrie justement parce qu'ils sont chrétiens ?

132 enfants de policiers pakistanais n'ont-ils pas été massacrés dans leur école au Bengladesh en décembre 2014 parce que la police s'était attaquée aux réseaux talibans ?

Votre propre "prophète" n'a-t-il pas avec ses compagnons et d'après les récits musulmans eux-mêmes, massacré des "polythéistes", des juifs, des chrétiens, au motif qu'ils étaient de dangereux "ennemis d'allah" ?

 

Dans quel scénario de Spielberg, dans quelle dimension vivez-vous, vous, Samia Orosemane ?

 

Lorsque Bernard de La Villardière discute avec un aumônier en prison, qui ne sait pas bien parler français. L'homme explique qu'il vient dire aux jeunes qu'il ne faut pas faire de "bêtises". Et là, Bernard de La Villardière lui répond: "Mais de quelles bêtises vous parlez?" L'aumônier répond "les attentats". Et là il en profite pour lui lancer: "Mais ce ne sont pas des bêtises monsieur, c'est un crime". Il joue sur la terminologie en faisant croire que l'aumônier minimise la gravité des attentats, alors que, simplement, il ne parle pas très bien le français. C'est honteux de faire ça.

 

Si Bernard de la Villardière jouait comme vous dites sur la "terminologie", comment expliquez-vous que cet aumônier connaisse le mot "attentat", en plus du mot "bêtise", et qu'il le prononce finalement suite à l'incompréhension de Bernard de la Villardière ?

C'est peut-être que, aussi mauvais en français que vous le soupçonnez d'être, il savait finalement quel mot employer pour se faire comprendre de son interlocuteur non ?

Pourquoi n'a-t-il pas prononcé le mot "attentat" dès le début ?

 

"C'est mal traduit"

 

Comment cet aumônier qualifierait-il une agression sur une femme voilée ? Se tromperait-il de mot ?

Et au-delà des mots, ne sentirait-on pas une vraie indignation ?

Décidément, il y a beaucoup d'incompréhensions entre ceux qui défendent l'islam et les autres...

 

Il intercepte tous les gens et leur demande s'ils sont là pour l'Institut des cultures d'islam, alors que c'est l'heure de la prière. Mais de quoi il parle? C'est l'heure de la prière, ils vont à la prière.

 

Est-ce un motif valable pour le chasser alors qu'il se trouve dans la partie culturelle et non cultuelle du bâtiment que les fidèles ne sont censés qu'emprunter ?

Pourquoi un individu intervient-il pour couper court à une interview quand l'un des fidèles accepte justement de témoigner ?

 

Enfin, l'altercation avec les jeunes à Sevran, où il débarque avec sa caméra, se croyant tout permis. Les types lui expliquent qu'ils ne veulent pas être filmés. Et lui qui leur répond: "Non, mais vous me laissez faire mon travail". C'est magnifique!

 

Ce qui est magnifique, chère Samia, c'est votre réécriture des faits.

1/ Bernard de la Villardière filme un monsieur, le propriétaire d'un local qui sert de lieu de culte. Il n'est pas venu filmer les jeunes. Ce sont les jeunes qui s'interposent dans le champ de la caméra.

2/ "Vous me laissez faire mon travail" fait référence à l'interview du propriétaire du local qui sert de mosquée, pas au fait de filmer ces "jeunes" qui ne représentent aucun intérêt pour Bernard de la Villardière.

Une interview qu'il reprendra d'ailleurs peu après cette altercation.

3/ "se croyant tout permis" : depuis quand il est interdit d'interviewer le propriétaire d'un local dans l'espace public ?

Pourquoi n'êtes-vous pas plutôt choquée par ce que tout le monde a compris : à savoir que ces "jeunes" ont agressé physiquement une équipe de tournage qui était parfaitement dans son droit ?

C'est magnifique !

 

Je me demanderais ce que les musulmans viennent faire chez nous. "Il l'a dit le monsieur, à la télévision, il y a des sociétés secrètes, leur objectif est d'islamiser la France, on est plus chez nous". Une femme le dit comme ça. J'étais morte de rire. C'est une partie de mon sketch, ça!

Il faut arrêter de dire que les musulmans veulent islamiser la France, on a déjà du mal à y pratiquer notre religion

 

Samia, pourquoi reprendre à votre charge l'accusation que fait le documentaire de Bernard de la Villardière à l'UOIF ?

Pourquoi vous associer à l'UOIF ?

Pourquoi vous associer à cet organisme et ses adeptes qui promeuvent les expressions les plus rigoristes et les plus radicales de l'islam... dont vous vous moquez dans vos spectacles ?

 

Samia Orosemane rejoue la polémique de la "Cité du Mâle" en 2010

On ne peut s'empêcher de penser à la polémique qui éclata autour d'un documentaire de 2010 intitulé "La cité du mâle". A l'époque, Nabila Laïb, "fixeuse" du documentaire, n'avait pas aimé le travail final de la réalisatrice, Cathy Sanchez. 

A tel point qu'elle l'avait menacée de mort. Menaces de mort pour lesquelles elle écopa de 4 mois de prison ferme en octobre 2011.

Quoi de mieux que d'invoquer un "piège" et une "manipulation" lorsqu'un reportage n'enjolive pas assez une réalité peu glorieuse ?

MAJ 20/10/2016

Samia Orosemane a de bien étranges fréquentations pour une "musulmane modérée". En témoigne sa participation en juin 2015 à une "fête ludique et caritative" avec un un certain Cheik Abou Anas.

Samia Orosemane, sur la même affiche que Nader Abou Anas

Samia Orosemane, sur la même affiche que Nader Abou Anas

Vous ne savez pas qui est Nader Abou Anas ? C'est lui :

Nader Abou Anas, imam de la mosquée Al Imane du Bourget et président de l'association D'Clic se référant notamment à Ibn Taymiyya ("source d'inspiration tant pour les salafis quiétistes non politisés et opposés à la violence que pour les djihadistes qui cherchent des justifications idéologiques à la violence de leurs actions" [1]), explique le plus sérieusement du monde que "la femme (...) ne sort de chez elle que par la permission de son mari" et que si elle refuse d'accomplir le devoir conjugal sous l'injonction de son époux, "les anges la maudiront toute la nuit".

HuffPost

Et voici Nader Abou Anas qui décrit comment, après chaque rapport sexuel avec une des "houris", ces créatures parfaites et aux grands yeux mises à disposition des hommes au paradis selon l'islam, celle-ci redevient automatiquement vierge.

A la décharge de Samia Orosemane, cette vidéo date d'octobre 2015. Elle pouvait pas se douter qu'il tiendrait des propos d'une telle misogynie et d'une telle radicalité quelques mois plus tard.

Bizarrement, elle n'a pas éprouvé le besoin de nier toute affinité avec les propos tenus par cet individu dans une longue tribune sur le site de L'Express.

Partager cet article

Commenter cet article

Margery Maraudy 04/10/2016 14:29

Excellent article MAIS je suis surprise que personne ne mentionne jamais cette phrase de Samia Orosemane:
"si on arrive à s'IMPOSER dans le paysage français, au bout d'un moment on sera obligés de composer avec nous"
alors qu'elle prétend ne pas faire de politique!

Moi j'ai trouvé cette phrase extrêmement choquante et il faudrait que quelqu'un la reprenne sur cette outrance.

L'auteur de l'article 05/10/2016 00:41

Vous avez tout à fait raison. Peut-être qu'à la longue je ne m'étonne même plus de ce genre de discours martial et conquérant.
En 2013, l'UOIF a organisé un colloque au Palais des congrès à Paris. Je vous met un extrait de l'article de SaphirNews, un média musulman, sur le sujet :

"« Quand on agit contre l’islamophobie, on fait du bien à la cohésion nationale », fait part Nabil Ennasri, président du Collectif des musulmans de France (CMF), qui rappelle l’importance du vote comme « arme » pour combattre les discours négatifs à l’endroit des musulmans.
« La France fonctionne au rapport de force, la communauté musulmane doit le construire. Je vous propose de devenir fort ! », lance peu après Samy Debah, président du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF)."

http://www.saphirnews.com/Face-a-l-islam-bashing-mediatique-les-musulmans-en-quete-de-solutions_a16182.html