Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vousdevriezvoirça

"Le paradis se trouve sous les pieds des mères" : peur et fascination du féminin en islam (analyse jungienne)

27 Février 2017 , Rédigé par Vousdevriezvoirça

"Le paradis se trouve sous les pieds des mères" : peur et fascination du féminin en islam (analyse jungienne)

Vous êtes vaguement mal à l'aise devant cette image ?

C'est peut-être parce que quelque chose vous dit que cet objet, qui se trouve dans le lieu le plus saint de l'islam à la Mecque, représente quelque chose d'un peu particulier mais surtout que cette façon de le représenter signifie quelque chose en soi.

Qu'est-ce que c'est ?

Il s'agit de la Pierre Noire (al-Ḥajar al-Aswad), une relique enchâssée dans la Kaaba, autour de laquelle les musulmans tournent lors du pèlerinage, le Hajj, un des moments les plus forts de leur vie de croyant. La doctrine musulmane ne la dote pas de "pouvoirs" mais les musulmans doivent, dans la mesure du possible, l'embrasser et la caresser.

"Le paradis se trouve sous les pieds des mères" : peur et fascination du féminin en islam (analyse jungienne)"Le paradis se trouve sous les pieds des mères" : peur et fascination du féminin en islam (analyse jungienne)
"Le paradis se trouve sous les pieds des mères" : peur et fascination du féminin en islam (analyse jungienne)"Le paradis se trouve sous les pieds des mères" : peur et fascination du féminin en islam (analyse jungienne)

 

Selon l'islam, c'est une pierre tombée du paradis à l'époque d'Adam et Eve pour leur indiquer où construire un autel. Elle aurait été blanche à l'origine, et noircie à cause des péchés des hommes.

Dans les faits, il s'agit d'un bétyle, une de ces pierres lunaires qui faisaient l'objet d'un culte dans certaines cultures anciennes car, le cycle lunaire étant similaire au cycle féminin, certaines tribus faisaient un lien évident entre la pierre lunaire et la lune d'une part, et d'autre part la fécondité des femmes, importante dans toutes les doctrines mais encore davantage dans les cultures encore fortement imprégnées des réflexes du nomadisme comme les bédouins, puisqu'il fallait remplacer les hommes morts à la chasse ou lors de l'attaque d'une autre tribu.

La Pierre Noire pourrait bien être une relique d'un de ces cultes de la fécondité qui avaient cours au Moyen-Orient en même temps que d'autres types de spiritualités, dans lequel est né l'islam. Ce qui pourrait en dire long sur les fondements véritables de cette religion.

Cette météorite est enchâssée dans un cadre en argent. Autrefois, le cadre a pu être réalisé dans d'autres matériaux mais la forme, elle, a toujours été la même.

Un ancien cadre de la pierre noire, conservé au Musée du Palais de Topkapı, à Istanbul. (source : Wikipédia)

Un ancien cadre de la pierre noire, conservé au Musée du Palais de Topkapı, à Istanbul. (source : Wikipédia)

 

C'est grâce aux appareils photo mais surtout à internet si nous pouvons prendre connaissance de l'existence de cet objet aujourd'hui. Sans quoi, en tant que non-musulmans, nous ne serions même pas sensés savoir qu'il existe et encore moins savoir à quoi il ressemble puisque l'accès à la Mecque est interdit aux non-musulmans.

Ce qui priverait le grand public d'une information non négligeable. Aujourd'hui, pour la première fois dans l'histoire, le grand public a l'occasion de prendre connaissance de l'existence de cet objet, de son contexte, et de l'analyser à la lumière de certains mécanismes mis à jour en psychanalyse.

Mahomet et la Pierre Noire

Il faut savoir qu'avant l'arrivée de l'islam, durant la période de la "jahiliya", ("ignorance"), la Kaaba contenait pas moins de 360 idoles. Selon l'islam, la Pierre Noire est la seule idole que Mahomet ne détruisit pas lorsqu'il revint à la Mecque avec ses compagnons, après avoir reçu sa "révélation".

Mieux, il l'embrassa.

Illustration de 1315 tirée du Jami al-tawarikh, inspirée du récit de la remise en place de la pierre noire par Mahomet et les aînés des clans de La Mecque (source : Wikipédia)

Illustration de 1315 tirée du Jami al-tawarikh, inspirée du récit de la remise en place de la pierre noire par Mahomet et les aînés des clans de La Mecque (source : Wikipédia)

 

Dans la version musulmane de l'histoire, c'est pour cette raison que désormais, les musulmans doivent embrasser et caresser cet objet.

Mais l'usage pourrait être bien plus ancien et signifier quelque chose de fondamental sur la force d'attraction de l'islam sur un certain type de psyché.

"Le paradis se trouve sous les pieds des mères" : peur et fascination du féminin en islam (analyse jungienne)

 

Vous n'avez toujours pas compris de quoi il s'agit ? 

 

Qu'est-ce que ce symbole, celui de la lune, omniprésent en islam, du calendrier lunaire et du "mois sacré de l'islam", le Ramadan, qui correspond au 9ème mois de ce calendrier lunaire disent sur la place du féminin en islam ?

Quel est le lien entre l'expression "Le paradis se trouve sous les pieds des mères" dont sont très fiers les musulmans, et la place de la femme en islam ? 

1. et 2. Wallpaper 3. Mosquée de Constanta en Roumanie 4. Grande Mosquée de Paris 5. et 6. La lune était le symbole propre à Baal, une divinité sémitique ancienne dont parle la Bible en des termes peu flatteurs1. et 2. Wallpaper 3. Mosquée de Constanta en Roumanie 4. Grande Mosquée de Paris 5. et 6. La lune était le symbole propre à Baal, une divinité sémitique ancienne dont parle la Bible en des termes peu flatteurs
1. et 2. Wallpaper 3. Mosquée de Constanta en Roumanie 4. Grande Mosquée de Paris 5. et 6. La lune était le symbole propre à Baal, une divinité sémitique ancienne dont parle la Bible en des termes peu flatteurs1. et 2. Wallpaper 3. Mosquée de Constanta en Roumanie 4. Grande Mosquée de Paris 5. et 6. La lune était le symbole propre à Baal, une divinité sémitique ancienne dont parle la Bible en des termes peu flatteurs
1. et 2. Wallpaper 3. Mosquée de Constanta en Roumanie 4. Grande Mosquée de Paris 5. et 6. La lune était le symbole propre à Baal, une divinité sémitique ancienne dont parle la Bible en des termes peu flatteurs1. et 2. Wallpaper 3. Mosquée de Constanta en Roumanie 4. Grande Mosquée de Paris 5. et 6. La lune était le symbole propre à Baal, une divinité sémitique ancienne dont parle la Bible en des termes peu flatteurs

1. et 2. Wallpaper 3. Mosquée de Constanta en Roumanie 4. Grande Mosquée de Paris 5. et 6. La lune était le symbole propre à Baal, une divinité sémitique ancienne dont parle la Bible en des termes peu flatteurs

 

Voici une analyse reçue d'un passionné de psychanalyse et de symbolique.

-->> Notons au préalable que la forme de spiritualité des musulmans dans les pays occidentaux a pris des formes bien moins religieuses... que militantes. Mais ce militantisme s'enracine dans la forme religieuse de l'islam. 
C'est pourquoi il nous semble intéressant de questionner les racines religieuses de ce militantisme, pour comprendre de quoi il procède et nous éclairer sur les ressorts psychologiques de celui-ci.

- Le symbole de l'Islam est le croissant
- La pierre de la Ka'aba aurait une forme de yoni/vagin

Schématiquement:
- La lune = symbole du féminin ;
- Dans la Flûte enchantée de Mozart, la lune est le symbole de la Reine de la nuit qui incarne le mal et les instincts primitifs ;
- En psychanalyse, il y a le fantasme de régression, une fixation sur un état primitif dont l'étape fantasmée ultime est le retour dans l'utérus ( cela implique dissolution dans l'indifférencié, l'instinctif et le collectif : c'est pratique, on ne pense pas, on n'est responsable de rien du tout ) ;
- Cela signifie une emprise fantasmée de l'imago parentale de la mère qui apparaît comme un archétype de monstre dévorant, tyrannique, incestueux, etc.
- Dans la situation où l'homme est sous l'emprise totale de ce fantasme, de cet archétype, il y a l'équivalent d'une forme de possession magique, qui est en fait un état pathologique de la psyché (dès le XIXe s. on appelait ça l'hystérie - on notera que de façon savoureuse qu'hystérie et utérus ont la même racine) ;
- Cet archétype est brutal, violent, tyrannique, sans concession, hystérique. En un mot : totalitaire ;
- Dans la psychanalyse jungienne, les forces de la psyché, et surtout les imagos de cette sorte peuvent vite prendre un caractère religieux et divin, quand le patient est submergé, dévoré par cette instance de son psychisme qui est un reflet terriblement déformé de la mère réelle ;
- L'emprise d'une telle force inconsciente de l'individu implique une immaturité et un archaïsme profond de sa psyché : il est incapable de se détacher de la mère, fantasmée comme réelle : donc une incapacité de se construire comme individu libre, entier, appartenant totalement au monde et à la vie ;
- Car ne nous y trompons pas, la régression ultime est un état de mort, un état de non progrès ;

- Lorsque quelque chose nous terrifie et nous écrase, on a vite fait de le transformer en divinité qu'on vénère à plat ventre (cf. les formes primitives de spiritualité, appelées "mysterium tremendum") ;
- Mais aussi on a en soi une révolte sourde et profonde contre cette entité qui nous écrase et nous broie, et qui ajoute à la cruauté et à la méchanceté que ce mauvais "Dieu" nous inspire.
- La tendance dans ces cas-là et de chercher à tuer et à avilir ce qui représente ce fantasme ou cette instance : car bien sûr on est dans le déni et on ne s'attaque pas aux sources du problème mais à ses représentations, à ses projections.
C'est très pratique (et lâche) mais c'est une façon de fonctionner courante chez les hommes ;
- Qu'est-ce qui représente de façon concrète ce que Jung appelle l'archétype de la Mère Terrible chez les musulmans ? La femme ;
- Vénération outrancière de la mère chez les musulmans et humiliation et maltraitance de la femme en général sur laquelle on se venge d'être castré par le monstre Allah qui est en fait une immonde goule dévorante.
- On tue, on bat, on lapide, on humilie, et on force la femme à adopter une vêture dégradante tout en se construisant de toute pièce une super-virilité de pacotille, dérisoire par rapport à la puissance de la possession et de la soumission à l'archétype de la mère terrible, à cet obscur vagin qui terrifie, et qui est de façon ambiguë la principale modalité d'expression (cette ultra-virilité) de ce monstre féminin hystérique.

- Précaution : on n'entend pas par là que la femme ou la mère sont des forces obscures dévorantes et hystériques : c'est l'image, l'imago, le fantasme que s'en forge l'homme soumis à cette instance psychique qui agglutine ces qualités négatives sur l'image de la femme et de la mère qui dans le réel n'ont rien à voir avec tout ça (sauf cas spécifique)
- Alors qu'est-ce qu'on fait quand quelque chose est sacré et terrifiant, trop grand pour être exposé aux yeux des mortels : on le voile (voir le voile d'Isis, et le voile du Temple)
- Le musulman terrifié voile sa femme parce qu'elle lui fait peur ;

"Le paradis se trouve sous les pieds des mères" : peur et fascination du féminin en islam (analyse jungienne)

- De la même façon que la Ka'ba est voilée ;
- Quel est le plus grand devoir du croyant ? Tourner autour de cette représentation de matrice pour retourner vers la matrice originelle, la fameuse "Oumma" ou communauté des "croyants" musulmans dont le nom vient de "Oum" et qui veut dire la "Mère" en arabe, cette matrice symbolique où les musulmans sont tous "frères".
- La "Oumma", c'est le collectif, le collectif à la source de toutes les pires horreurs de l'humanité : lynchage, hystérie de masse, fascisme ;

Le rituel de la "Lapidation de Satan", une des étapes du pèlerinage à la Mecque, est l'occasion d'une transe collective... et de bousculades et de piétinements. En 2015, il y a eu plus de 2 000 morts lors de ce rituel.Le rituel de la "Lapidation de Satan", une des étapes du pèlerinage à la Mecque, est l'occasion d'une transe collective... et de bousculades et de piétinements. En 2015, il y a eu plus de 2 000 morts lors de ce rituel.Le rituel de la "Lapidation de Satan", une des étapes du pèlerinage à la Mecque, est l'occasion d'une transe collective... et de bousculades et de piétinements. En 2015, il y a eu plus de 2 000 morts lors de ce rituel.

Le rituel de la "Lapidation de Satan", une des étapes du pèlerinage à la Mecque, est l'occasion d'une transe collective... et de bousculades et de piétinements. En 2015, il y a eu plus de 2 000 morts lors de ce rituel.

La circumambulation à la Mecque

La circumambulation à la Mecque

- La psychologie des profondeurs démontre que le cercle et en particulier les cercles concentriques (avec un centre) sont des figurations de la psyché (voir les mandalas tibétains).
- La rotation autour de la ka'aba est un symbole en acte de régression ultime et de désir d'involution.

A la lumière de la culture jungienne, la religion musulmane est la religion de la sauvagerie, de la barbarie, de la violence et du primitif : un point de non retour, une apocalypse en puissance pour le monde et l'Occident.

Ce retour dans l'indifférencié est peut-être ce qu'il faut comprendre dans l'émotion de cet homme converti à l'islam

Le christianisme valorise pour Jung l'assimilation de la part de divin en l'homme (sans pour autant se prendre soi-même pour un dieu, ce qui est tentant mais qui est la garantie absolue de sombrer dans la folie: il faut rester conscient que l'on n'est qu'un homme), assimilation de la part de divin en l'homme pour construire un homme total et libre : cela s'appelle individuation et doit être le stade ultime de l'évolution de l'homme.

Et le Christ qui se sublime et se transforme en autre chose, symbolise cela. Il meurt et renaît avec quelque chose de plus, de plus grand, qui le sublime. La part de divin en lui n'est pas refoulée ni source de terreur, elle est intégrée harmonieusement. Et Dieu dans ce cas n'est pas amour au sens mièvre du terme mais au sens où il s'intègre avec paix et harmonie à l'ensemble de la psyché.

Autrement dit : le disciple du Christ apprend au premier chef à s'aimer lui-même dans sa totalité d'homme.

- Ce qui n'implique aucune complaisance coupable envers soi. Juste de la bienveillance et une acceptation de soi dans sa totalité.

Le drame de l'homme psychologiquement sain est qu'il est scindé, névrosé, coupé d'une part de lui-même à cause de mécanismes très normaux et souvent salutaires de refoulement. Le christianisme propose de renaître à soi, notamment par le baptême, et de reconstruire cette totalité perdue.

Symboliquement, le judéo-christianisme est choix de la vie, de la responsabilité et de la liberté.

Ce que l'Islam n'offre pas.

 

NB1 : Nous essaierons de décrypter les raisons pour lesquelles les femmes musulmanes décident de leur propre chef de se voiler dans un autre article en nous plongeant dans leurs témoignages. 

NB2 :Il ne s'agit pas de faire ici l'éloge du christianisme ni d'inciter à la conversion au christianisme. Simplement il nous a semblé intéressant de reproduire ce passage, qui propose un point de vue - parmi d'autres et ne valant pas moins que d'autres - sur la doctrine chrétienne et notamment sur le symbole de la résurrection.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

gisele 08/03/2017 18:00

re bonjour , je ne connaissais pas votre blog c'est en lisant un article sur Michel Dardenne.

continuez vous faite un taf de salubrité public , il faut que les médias fassent passer des documentaires sur les dernières études , je pense sérieusement que y a pas mieux pour déradicaliser les beaufs des citées et tant pis pour les musulmans soi disant modéré . et encore merci Said!

Vousdevriezvoirça 05/04/2017 15:54

Merci Said pour vos encouragements.

gisele 08/03/2017 17:54

Bonjour , vous avez tout à fait raison , et puis maintenant le coran a été dévoilé , (jean jacques Walter) voir aussi le frère Bonnet-Eymard .

L'islam est la plus grosse imposture de toute l'histoire Cordialement Said!